Publié le 6 Déc 2022

Colère du député Meyer Habib : « Je regrette vivement la position de la France sur le terroriste Salah Hamouri »

Le député Meyer Habib a dénoncé mardi la position de la France sur le cas du terroriste franco-palestinien Salah Hamouri qui devait être expulsé dimanche du territoire israélien. 

« Alors qu’Israël a annoncé la fin de la détention administrative de Salah Hamouri et son expulsion du territoire national israélien la semaine dernière, la France, par la voix de la ministre des Affaires étrangères, a exprimé son désaccord et réclame que Salah Hamouri soit libéré et puisse mener une vie normale à Jérusalem », a-t-il déploré sur les réseaux sociaux.

« Devant ces propos amnésiques sur les accusations dont Salah Hamouri fait l’objet, voici quelques rappels sur ce cadre du FPLP qu’une partie de la classe politique considère comme un prisonnier politique et « militant des droits humains » . 1 : Salah Hamouri est un des chefs du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), inscrit sur la liste officielle des organisations terroristes de l’Union européenne, des Etats-Unis et du Canada, responsable de très nombreux attentats contre des civils que ce soit en Israël mais aussi en France. Le FPLPL, c’est l’attentat de la rue de Copernic en 1980, le détournement du vol Air France à Entebbe au cours duquel Yoni, le frère de Benjamin Netanyahou, a perdu la vie pendant l’opération. 2 : En 2005, Salah Hamouri a fomenté un attentat visant à assassiner le Grand Rabbin d’Israël Ovadia Yossef z »l. Il l’a revendiqué. Incarcéré jusqu’en décembre 2011, il a été libéré dans le cadre d’un accord d’échange de prisonniers pour obtenir la libération du jeune soldat franco-israélien Guilad Shalit, détenu pendant plus de 5 ans par le Hamas à Gaza. Jamais il n’a exprimé le moindre regret et a même revendiqué dans une interview à l’agence de presse Reuters qu’il avait « tous les droits d’assassiner le grand rabbin »… 3 : Si Salah Hamouri a été détenu, c’est sur la base d’éléments très sérieux et sur décision de la Cour suprême d’Israël, haute juridiction internationalement reconnue pour sa jurisprudence protectrice des libertés fondamentales. 4 : L’expulsion de Salah Hamouri du territoire national israélien est une décision souveraine de l’Etat d’Israël dont la diplomatie française doit prendre acte. La France devrait d’ailleurs s’en inspirer dans la conduite de sa politique d’éloignement des étrangers incarcérés pour des faits de délinquance ou de criminalité. Notre groupe LR avait proposé une loi en ce sens dans le cadre de notre niche parlementaire, rejetée jeudi dernier en hémicycle », a-t-il souligné.

« Si je n’attends rien de l’extrême-gauche en matière de fermeté face au terrorisme, d’autant plus lorsqu’il s’agit d’exprimer sa haine d’Israël, je regrette que la vivement la position de la France dans ce dossier », a-t-il conclu.

La justice israélienne a une nouvelle fois reporté mardi soir, à au moins début 2023, l’expulsion du terroriste franco-palestinien Salah Hamouri.

Selon son comité de soutien, pour le moment et au moins jusqu’au 1er janvier 2023 il continuera d’être détenu dans la prison de haute sécurité d’Hadarim.

Depuis plusieurs jours, le Président Macron et la diplomatie française exercent des pressions sur le Premier ministre sortant Yaïr Lapid très proche du dirigeant français.

La diplomatie française a elle-même précisé que le cas Hamouri est suivi de « très près et au plus haut niveau ». 

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Message aux sites juifs de la communauté : Tout partage d’un article du Monde Juif .info doit faire l’objet d’une demande préalable

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer