Publié le 19 Nov 2022

La France de Macron ne condamne pas l’attaque terroriste qui a coûté la vie à 3 Israéliens

Un silence qui en dit long. Près de cinq jours après l’attaque terroriste palestinienne à la voiture bélier et au couteau qui a coûté la vie à trois israéliens, la diplomatie française, très active sur les réseaux sociaux, n’a toujours pas exprimé la moindre condamnation. 

Ni le compte de l’Ambassadeur de France en Israël, ni celui de l’ambassade de France, ni celui du ministère français des Affaires étrangères n’ont eu le moindre mot pour les victimes israéliennes.

Deux jours après l’attaque, l’ambassade de France s’est surtout félicitée de l’arrestation par Israël d’escrocs franco-israéliens.

Les trois Israéliens assassinés mardi matin près de la localité juive d’Ariel ont été identifiés comme étant Tamir Avihai, Michael Ladygin, Motti Ashkenazi, trois pères de famille.

Motti Ashkenazi, 59 ans, de la ville du centre de Yavne, a été poignardé à mort. Il a travaillé comme fournisseur pour le distributeur de gaz Amisragas. Ashkenazi laisse dans le deuil sa femme, trois enfants et deux petits-enfants.

Tamir Avihai, 50 ans, était originaire de la localité juice de Kiryat Netafim et était père de six enfants. Il a été tué lorsque le terroriste a projeté sa voiture dans sa direction.

Michael Ladygin, habitait Bat Yam, dans le centre du pays. Il laisse dans la peine une femme et deux enfants. Il s’était installé en Israël il y a cinq ans.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

 

Message aux sites juifs de la communauté : Tout partage d’un article du Monde Juif .info doit faire l’objet d’une demande préalable

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer