Publié le 12 Juin 2022

La Norvège rejoint la France dans l’étiquetage antisémite des produits israéliens

Le gouvernement norvégien a décidé d’adopter un étiquetage spécifique pour les produits venant des territoires juifs revendiqués par les Palestiniens, suscitant la condamnation samedi d’Israël. 

« Les denrées alimentaires originaires des zones occupées par Israël doivent être étiquetées avec la zone d’où provient le produit et (indiquer) s’il provient d’une colonie israélienne si tel est le cas », selon Oslo. La mesure s’appliquera aux territoires occupés du plateau du Golan et de la Cisjordanie « y compris Jerusalem-Est », selon le gouvernement norvégien. Elle concerne principalement des importations de vin, d’huile d’olive, de fruits et de légumes.

Dans une déclaration à l’agence norvégienne NTB, la cheffe de la diplomatie du pays scandinave a affirmé qu’il ne s’agissait « en aucune façon d’un boycott d’Israël » et que le boycott restait selon Oslo « une mauvaise politique ». « La Norvège a de bonnes relations avec Israël. Cela doit se poursuivre », a affirmé la ministre Anniken Huitfeldt, membre du gouvernement social-démocrate au pouvoir en Norvège.

« Le ministère des Affaires étrangères condamne la décision du gouvernement norvégien d’étiqueter les produits provenant des localités israéliennes de Judée-Samarie. Cette décision ne contribuera pas à l’avancement des relations israélo-palestiniennes et affectera négativement les relations bilatérales entre Israël et la Norvège, ainsi que la pertinence de la Norvège pour la promotion des relations entre Israël et les Palestiniens », a mis en garde Israël.

En 2021, la Belgique avait également imposé l’étiquetage des produits israéliens des localités juives revendiquées par les Palestiniens.

L’étiquetage des produits des localités juives de Judée-Samarie est à l’origine une initiative diplomatique de la France qui l’a imposé en 2016 à ses commerçants.

En 2020, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait menacé que la France n’hésiterait pas à prendre des mesures coercitives sur le plan national et européen si Israël étend sa souveraineté sur la vallée du Jourdain, un territoire antique juif revendiqué par les Palestiniens.

Toujours en 2020, la plus haute juridiction administrative française, le Conseil d’Etat, avait validé l’obligation pour les commerçants l’étiquetage discriminant les produits israéliens issus des localités juives de Judée-Samarie, de Jérusalem et du Golan.

Ces consignes imposent aux pays membres d’étiqueter les marchandises venues des implantations, l’Union européenne et la communauté internationale estimant que ces localités ne font pas partie du territoire israélien.

La mesure concerne principalement des produits alimentaires (fruits, légumes, vins) et les cosmétiques.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer