Publié le 26 Mai 2022

Meurtre d’une personne âgée juive à Lyon : un candidat à la présidence du CRIF qualifie de « surenchère » la demande de présomption d’antisémitisme

L’un des deux candidats à la présidence du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Ariel Amar, n’est pas favorable à une présomption d’antisémitisme quand un juif est victime d’un crime ou d’un délit.

« Les juifs doivent être traités comme tous les citoyens. La surenchère ne sert pas notre communauté. Cela n’empêche pas d’être vigilant », a-t-il déclaré au magazine Le Point.

Un magistrat a toutefois la possibilité de revenir sur cette circonstance pénale aggravante lorsque l’antisémitisme n’est pas démontré après enquête.

Cette position d’Ariel Amar intervient alors que le président du CRIF, Francis Kalifat, milite pour la présomption d’antisémitisme.

Ariel Amar et Yonathan Arfi sont candidats à la présidence du CRIF dont l’élection aura lieu au mois de juin.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer