Publié le 13 Avr 2022

Cette petite phrase de Marine Le Pen sur Jérusalem et les « Territoires » va « plaire » à Israël : « Les lignes de 1967 ne sont pas intangibles »

La candidate du Rassemblement national, Marine Le Pen, a tenu mercredi une conférence de presse pour présenter sa vision pour la diplomatie française, notamment sur la question du conflit israélo-palestinien, avec une petite phrase qui va sûrement attirer favorablement l’intérêt d’Israël.

« Comment évoquer le Levant sans parler du conflit israélo-palestinien ? Par souci de constance et parce que je la crois juste, politiquement, historiquement et moralement je resterais fidèle à la ligne officielle du Quai d’Orsay : engagement constant de la France en faveur de la solution des deux Etats… [elle cite la définition de la solution à deux États reconnue le ministère français des Affaires étrangères] : « Le conflit israélo-palestinien ne pourra être résolu que par la création d’un Etat palestinien indépendant, viable et démocratique, vivant en paix et en sécurité aux côtés d’Israël. La solution des deux Etats dans des frontières fondées sur les lignes des frontières de 1967 est assortie d’une solution juste, équitable et agréé au problème des réfugiés. Elle est la seule qui permette de répondre aux aspirations nationales des Israéliens et des Palestiniens. La France plaide en faveur de la création d’un Etat palestinien. La France considère que Jérusalem doit devenir la capitale des deux Etats dans l’attente d’un règlement négocié du conflit et en vertu de la légalité internationale la France ne reconnaît aucune souverainté sur Jérusalem ». Fermez la citation », a-t-elle insisté.

« Je précise que les lignes de 1967 ne sont pas intangibles s’il apparait un jour qu’un accord bilatéral entre Israéliens et Palestiniens intervient », a-t-elle poursuivi.

« Tout ce que nous pourrons mettre en œuvre pour ce rapprochement nous le ferons. À ce propos, je ne peux que me féliciter des rapprochements entre Israël et le monde arabe. Il me semble que la France, qui entretient simultanément des relations privilégiées avec le monde arabe et avec Israël, bénéficie d’une expertise, d’une familiarité avec le Levant qui a peut être été négligée, y compris parfois par nos partenaires américains. Il appartient d’abord aux Israéliens et aux Palestiniens de résoudre ce conflit. La vocation de la France est de favoriser cette résolution », a-t-elle conclu sur le conflit israélo-palestinien.

La candidate du Rassemblement national a également exprimé son souhait de favoriser un « rapprochement » entre le Liban et Israël, « deux pays amis de la France », « dans l’intérêt du Liban, d’Israël et de la région ». Concernant le Liban, Marine Le Pen « n’omet pas non plus l’instrumentalisation du Hezbollah » par l’Iran.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer