Publié le 24 Mar 2022

Un ancien ambassadeur d’Israël en France accuse Enderlin d’être à l’origine de la Seconde Intifada

 

L’ancien ambassadeur d’Israël en France de 2000 à 2002, Elie Barnavi, accuse dans son livre Confession d’un bon à rien (Éditions Grasset) l’ancien correspondant de France 2 à Jérusalem d’être à  l’origine de la Seconde intifada avec son reportage controversé de la mort du jeune palestinien Mohammed al-Doura imputé à l’armée israélienne sans la moindre preuve irréfutable.

« Un événement m’obsède, tellement il me paraît révélateur de la folie de cette vague insensée de violence comme de la difficulté à en rendre compte : l’affaire Mohammed al-Doura. Dans le journal télévisé du 30 septembre, le correspondant de France 2, Charles Enderlin, a montré et commenté la mort par balle de ce petit garçon dans les bras de son père au carrefour de Netzarim dans la bande de Gaza, et cette tragédie en direct est devenue sur-le-champ un événement planétaire. Ce fut assurément le vrai coup d’envoi de l’insurrection palestinienne, et je devine que je n’échapperai pas à la controverse qui enfle déjà. Mon Dieu, comme je hais la propagande, d’où qu’elle vienne ! », explique t-il.

En 2013, soit 13 ans après le reportage, Israël avait affirmé dans un rapport que les accusations portées contre l’armée israélienne étaient infondées.

Le reportage de M. Enderlin montrait un Palestinien de 12 ans, Mohammed, , protégé par son père, Jamal Al-Doura, pris sous les tirs croisés entre l’armée israélienne et des terroristes palestiniens, au tout début de la deuxième intifada.

La Seconde intifada a fait plus de 1062 victimes israéliennes dont 727 civils.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer