Publié le 10 Fév 2022

URGENT : le négationniste Abbas ne reconnaît plus l’Etat d’Israël, il pose des exigences

Le chef de l’entité terroriste « Autorité palestinienne », Mahmoud Abbas, a ordonné au Conseil central de l’OLP de suspendre la reconnaissance de l’État d’Israël « jusqu’à ce qu’il reconnaisse l’État de Palestine aux frontières du 4 juin 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale,  en arrêtant  sa colonisation  et a affirmé l’arrêt de la coordination de la sécurité sous ses diverses formes ».

Dans son communiqué, le Conseil a souligné « que seul l’État de Palestine à la souveraineté de sa terre sur les frontières du 4 juin 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale. La présence de l’occupation avec son armée et ses colons sur la terre de l’État de Palestine est une  présence illégale qu’il faut mettre fin immédiatement, et que la protection internationale du peuple palestinien doit être assurée sur la terre de son État afin qu’il puisse exercer sa pleine souveraineté ».

Le Conseil a chargé le Comité exécutif de l’Organisation de libération de la Palestine de reformuler les institutions de l’Autorité nationale conformément à l’incarnation de la souveraineté de l’État de Palestine sur son territoire.

Il a également souligné la nécessité de définir des piliers concrets pour poursuivre le processus de transition du stade de l’Autorité au stade d’État souverain, de rejeter le projet de paix économique, le plan de réduction des conflits et les mesures de confiance, qu’Israël propose comme alternative à une paix.

Le Conseil a également appelé l’administration américaine à mettre en œuvre ce que le président Joe Biden a dit au sujet de l’engagement de son administration en faveur de la solution à deux États, « avec l’arrêt de l’expansion des colonies israéliennes, de la politique d’expulsion forcée des Palestiniens des quartiers de Jérusalem, de préserver la situation historique de la mosquée Al-Aqsa et de ses esplanades, mettre fin aux violations israéliennes des lieux saints islamiques et chrétiennes, mettre l’accent sur la cessation des actions unilatérales, la réouverture du consulat américain à Jérusalem-Est,  et rouvrir la représentation de l’OLP à Washington ».

Le Conseil a appelé à une action internationale urgente, en commençant par la réunion du Quartet international au niveau ministériel, en publiant une déclaration confirmant la solution à deux États, « l’illégalité des colonies et leur cessation immédiate, rejetant toutes les pratiques unilatérales et en mettant fin à l’occupation israélienne de la terre de Palestine avec Jérusalem-Est comme capitale, d’exiger des pays du monde  favorables à la solution à deux États  de reconnaître  l’État de Palestine ».

Le Conseil a affirmé « l’illégalité de la colonisation et la nécessité d’un arrêt immédiat de la construction et de l’expansion des colonies de peuplement, des murs d’annexion, du déplacement forcé de la population palestinienne et de la démolition de leurs maisons ».

Il a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies d’assumer ses responsabilités dans la mise en œuvre de la résolution 2334 du Conseil de sécurité de 2016, de la quatrième convention de Genève, et réitérer son soutien au mouvement international de boycott (BDS).

Le Conseil a salué « la lutte et la résilience de notre peuple à Jérusalem-Est,  soulignant la poursuite du travail pour soutenir sa fermeté, le soutien aux institutions nationales qui s’y trouvent, protéger nos lieux saints chrétiennes et islamiques et contrecarrer la politique de nettoyage ethnique menée par la puissance occupante ».

Le conseil a également affirmé l’unification des références politiques et nationales sous une seule référence dirigée par le Département des affaires de Jérusalem au sein du Comité exécutif de l’Organisation de libération, fournissant les capacités et les crédits dont la ville sainte a besoin, et d’exhorter les pays arabes et islamiques à remplir leurs obligations envers Jérusalem.

Le Conseil  central de l’OLP a mis l’accent sur la poursuite des efforts pour l’unité  nationale et de mettre  fin a la division avec la formation d’un gouvernement d’unité nationale, dans lequel les forces participantes attachées à la légitimité internationale et au programme national représenté par la déclaration d’indépendance de 1988. Il a affirmé également la tenue des élections présidentielles, législatives et du conseil national.

Le Conseil central de l’Organisation de libération de la Palestine a tenu sa trente et unième session ordinaire, sous le titre : « Développer et activer l’Organisation de libération de la Palestine, protéger le projet national et la résistance populaire », dans la ville de Ramallah du 6 au 8 février 2022.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

————— IMPORTANT —————
Votre don permet à votre média de continuer à porter votre voix que les responsables communautaires juifs ne portent plus !

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer