Publié le 14 Déc 2021

Ce 10 Tevet, jour de deuil pour peuple juif, la France de Macron soutient l’interdiction aux Juifs de prier sur le Mont du Temple

Le député Meyer Habib (UDI) a interpellé mardi à l’Assemblée le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, sur le vote infâme de la France à l’ONU d’une résolution sur Jérusalem niant tout lien juif sur le Mont du Temple, site le plus sacré du judaïsme.

« Comment la Patrie des Droits de l’Homme et des Lumières peut-elle se fourvoyer dans une entreprise négationniste dont le seul objectif est de délégitimer Israël ? », a accusé le député sous les huées d’une partie des députés du parti de Macron et de l’extrême gauche.

« Triste coïncidence, aujourd’hui dans le calendrier juif c’est le 10 Tevet, un des trois jeûnes qui commémorent la destruction du Temple de Jérusalem. Dois-je vous rappeler que même dans les périodes les plus sombres de son histoire, des massacres des Croisés aux buchers de l’Inquisition, des pogroms cosaques à la tragédie de la Shoah, les Juifs ont répété « L’an prochain à Jérusalem ». », a-t-il poursuivi, appelant la France à reconnaître Jérusalem capitale de l’Etat d’Israël et à « ne plus bafouer l’histoire judéo-chrétienne ».

« Ce qui compte c’est que la liberté de religion des habitants de Jérusalem soit garantie ainsi que l’accès permanent libre et sans entrave aux lieux saints aux personnes de toutes les religions », lui a répondu le chef de la diplomatie française alors que depuis qu’Israël a repris la cité sainte en 1967 l’Etat juif assure la liberté de religion des habitants de Jérusalem, ce qui n’a jamais été le cas sous domination musulmane. Par ailleurs, la France, qui occupe illégalement à Jérusalem le Tombeau des Rois, restreint le droit aux fidèles juifs de venir prier dans ce lieu.

« Ce qui compte c’est que le statu quo historique qui prévaut depuis 1967, sur la base d’un accord entre la Jordanie et Israël, soit respecté », a-t-il poursuivi, alors que cet accord interdit aux non-musulmans de prier sur le Mont du Temple.

« Ce qui compte c’est qu’un règlement, global, juste et durable de la question de Jérusalem tienne compte des aspirations légitimes des deux parties », a-t-il insisté.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer