Publié le 13 Nov 2021

La France confirme son soutien au terroriste Hamouri : « Israël doit apporter des clarifications »

La France a apporté mercredi son soutien à des organisations anti-israéliennes affiliées au groupe terroriste palestinien du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).

« S’agissant de NSO [société israélienne du logiciel espion Pégasus], comme nous l’avons déjà indiqué, les faits qui sont rapportés, s’ils sont avérés, sont d’une extrême gravité. La France a ordonné des investigations sur leur matérialité. Celles-ci étant toujours en cours, nous ne pouvons pas nous exprimer davantage sur ce sujet », a déclaré le ministère français des Affaires étrangères lors d’un point presse.

« La France a par ailleurs exprimé sa préoccupation après la désignation par les autorités israéliennes de six organisations non gouvernementales palestiniennes humanitaires et de défense des droits de l’Homme comme organisations terroristes. Les organisations non gouvernementales doivent pouvoir continuer à bénéficier d’un environnement propice à leur travail. Nous souhaitons que des clarifications soient apportées par les autorités israéliennes », a ajouté la diplomatie française.

Le terroriste franco-palestinien Salah Hamouri a appelé lundi la France à sanctionner Israël après avoir découvert que son téléphone était surveillé par le logiciel espion israélien Pégasus au cœur de tensions diplomatiques entre Paris et Jérusalem.

« J’ai senti qu’il y avait un truc qui n’allait pas, qu’il y avait quelque chose de suspect dans mon téléphone (…) Frontline Defenders a découvert qu’entre le 10 et le 30 avril, mon téléphone a été attaqué par Pegasus »,  a-t-il déclaré à l’AFP.

« Lorsque le système Pegasus est dans le téléphone, il est totalement surveillé… Le téléphone n’est plus à toi », a-t-il ajouté, appelant la France « à prendre ses responsabilités » dans cette affaire, d’autant qu’il avait été lui-même en contact « avec des personnes au Quai d’Orsay, à l’Elysée, avec le consul général de France à Jérusalem » et des journalistes.

Fin octobre, la France a apporté de nouveau son soutien au terroriste menacé d’expulsion par Israël.

En 2020, le président Macron, qui s’était personnellement mobilisé pour sa libération, avait demandé à Israël de surseoir à l’expulsion du terroriste et d’autoriser sa famille à le rejoindre à Jérusalem.

Né à Jérusalem de mère française et de père palestinien, Hamouri avait été emprisonné entre 2005 et 2011, un tribunal israélien l’ayant reconnu coupable d’un projet d’assassinat d’Ovadia Yossef, ancien grand rabbin d’Israël, fondateur du parti ultra-orthodoxe Shas.

Hamouri est accusé par Israël, malgré ses dénégations, d’être membre du groupe terroriste du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP).

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer