Publié le 25 Oct 2021

Faible avec l’Algérie, Macron impitoyable avec Bennett : le PM israélien se couche encore et accepte de « donner des garanties »

Alors que l’Algérie se montre ferme et intransigeante avec la France en n’hésitant pas à prendre des mesures de rétorsions comme l’interdiction de survol de son territoire à des avions militaires français, le nouveau gouvernement israélien ne cesse de se coucher devant les exigences de la France après l’affaire d’espionnage Pégasus.

Selon le site américain Axios, l’État hébreu a dépêché à l’Élysée son conseiller à la sécurité nationale pour trouver une issue à la crise.

Eyal Hulata, est discrètement venu à Paris rencontrer l’entourage d’Emmanuel Macron pour « mettre un terme à la crise ». Celle-ci est née de l’utilisation, par le Maroc, du logiciel espion de la société israélienne NSO pour écouter les téléphones portables du chef de l’État, d’une quinzaine de ministres, ainsi que de journalistes.

Eyal Hulata, selon la même source, était porteur d’une proposition israélienne « incluant un engagement à interdire l’espionnage de portables français en cas de signature de nouveaux contrats entre une société israélienne (type NSO, NDLR) et un pays tiers ». Une interdiction similaire existe déjà sur le piratage des numéros américains et britanniques.

Fin juillet déjà, le Premier ministre israélien Naftali Bennet a dépêché à Paris son ministre de la Défense, Benny Gantz, pour tenter d’apaiser la colère du président Macron.

Lors d’un entretien téléphonique avec le dirigeant français, Naftali Bennett s’était dégonflé et avait rejeté la responsabilité de l’affaire sur Benjamin Netanyahu.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer