Publié le 29 Juin 2021

Permis de tuer ? : 6 mois de prison avec sursis pour l’imam de Toulouse qui a appelé à tuer du Juif

L’imam de Toulouse, Mohamed Tataï, auteur en 2017 d’un prêche appelant à tuer du juif est susceptible d’écoper d’une peine de six mois de prison seulement.

Soutenez les combats du Collectif des Français victimes du terrorisme palestinien. Pour votre don cliquez sur ce lien Paypal

La justice a demandé que la condamnation soit assortie d’un affichage de la décision « aux portes de la mosquée » et « d’une publication dans la presse régionale et nationale ».

Pour justifier cette peine, la procureure Alix-Marie Cabot-Chaumeton a estimé que le prédicateur était « un professeur lettré » (docteur en théologie) et « une autorité morale » pour sa communauté, et qu’il aurait dû par conséquent accompagner ses propos d’éléments de contexte et d’explication.

Selon le texte traduit lors de l’enquête, l’imam cite un hadith proclamant : « le jour du jugement ne parviendra que quand les musulmans combattront les juifs, le juif se cachera derrière l’arbre et la pierre, et l’arbre et la pierre diront ‘oh musulman, oh serviteur de Dieu, il y a un juif derrière moi, viens et tue-le, sauf Algharqada, qui est l’un des arbres des juifs' ».

L’affaire avait éclaté à la suite d’un signalement de la vidéo de la mosquée de Toulouse par notre site Le Monde Juif .info, qui avait immédiatement alerté le Maire de la cité rose, Jean-Luc Moudenc.

La Rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

————— IMPORTANT —————

Soutenez les combats du Collectif des Français victimes du terrorisme palestinien. Pour votre don cliquez sur ce lien Paypal

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer