Publié le 10 Sep 2020

Attentat antisémite de la rue des Rosiers : “Le CRIF n’a jamais honoré la mémoire des victimes en 38 ans”

Après la publication d’un tweet du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) sur l’arrestation en Norvège d’un des suspects de l’attentat antisémite de la rue des Rosiers, le porte-parole d’une des victimes de l’attaque terroriste, M. Yohann Taïeb, a tenu à rappeler aux lecteurs du Monde Juif .info la lourde responsabilité de cette organisation dans le manque de mobilisation de la communauté juive auprès des familles des victimes.

Pourquoi avez-vous décidé de prendre la parole maintenant sur cet aspect du dossier ?

Je dénonce depuis plusieurs années déjà la lourde responsabilité du CRIF dans le manque de mobilisation de la communauté juive auprès des familles des victimes. En 38 ans, cette organisation n’a jamais honoré la mémoire des victimes. Aucune cérémonie. Rien. Dernier exemple en date, le 9 août dernier, date anniversaire de l’attentat, le CRIF s’est contenté d’un petit message sur Twitter, il n’a pas déposé de fleurs, ni envoyé un représentant se recueillir sur le lieu de l’attentat. Maintenant que les choses bougent depuis un an, il prétend se mobiliser pleinement sur ce dossier. C’est scandaleux. Madame Niego, pour qui je me bats depuis cinq ans maintenant, peux attester du bien-fondé de mes critiques. Elle-même dénonce souvent sur la page du CRIF son manque de mobilisation.

Pouvez-vous expliquer le fond de votre pensée sur ce point ?

Le fait que le CRIF ne se soit jamais mobilisé depuis le début est une grave faute morale qui a fait perdre un temps précieux aux familles des victimes. Cet attentat, comme celui de Copernic, aurait dû être un combat quotidien auprès des dirigeants français. En Argentine, la communauté juive locale, a fait de l’attentat antisémite de l’AMIA un combat quotidien, et ce depuis 26 ans. Elle commémore chaque année l’attentat, elle organise très régulièrement des marches du souvenir qui rassemblent bien au-delà de la communauté juive. La question de l’attentat a même été au cœur de la dernière présidentielle.

Pourquoi n’avez-vous pas coordonné vos actions avec le CRIF ?

Il y a cinq ans j’ai proposé au CRIF d’œuvrer ensemble. C’est à ma demande d’ailleurs qu’en 2017 il a interpellé le président François Hollande sur l’attentat lors de son dîner annuel. Nos relations se sont dégradées en 2018, quand Mme Niego a demandé au CRIF de lui permettre de rencontrer le nouveau Président, Emmanuel Macron, afin de lui faire part de sa souffrance. Le CRIF a refusé et nous a dit “si vous voulez rencontrer le Président Macron contactez l’Elysée”. Finalement, six mois plus tard, après d’intenses démarches j’ai pu permettre à Mme Niego d’avoir cette entrevue. Ce qu’a fait le CRIF ce jour là est une honte sans nom mais malgré cela j’ai à plusieurs reprises tendu la main au CRIF. En vain.

Le CRIF dit avoir sensibilisé Macron sur le dossier, avoir rencontré Le Drian et l’ambassadrice de la Norvège… Ces démarches sont insuffisantes ?

Si le CRIF a sensibilisé Macron c’est justement à ma demande. D’ailleurs lors de son dîner le président du CRIF a dit au président que Mme Niego l’appelle souvent pour lui dire toute sa souffrance. Lorsque le CRIF a rencontré le Drian, ce dernier avait promis de relancer les demandes d’extraditions, il n’y a rien eu par la suite. Quant à la rencontre avec l’ambassadrice de la Norvège, elle n’a aucun lien avec l’arrestation. L’avocat de Mme Niego a fait un énorme travail sur ce point précis. Peu après le premier Dîner du CRIF du Président Macron, j’ai été reçu à  l’Elysée à ma demande avec le député Meyer Habib. À ma demande également, nous avons rencontré les Présidents Hollande et Sarkozy. Je vais être reçu de nouveau par l’Elysée.

En 2019, le CRIF a appelé à la création d’une commission d’enquête parlementaire. Où en est-on ?

C’est le député Meyer Habib qui a le tout premier appelé à la création d’une commission d’enquête, le CRIF a immédiatement repris l’idée. Le député Meyer Habib a fait tout le nécessaire pour qu’une résolution soit déposée en ce sens. Il a notamment réuni les signatures de plus de 40 députés. Le CRIF lui n’a rien fait, il s’est contenté de dire qu’il faut une commission d’enquête. Et puis c’est tout.  On n’a plus jamais entendu parler du CRIF sur ce sujet. Le parti de Macron, la LREM, sous la présidence de Gilles Le Gendre, a mis le dossier tout en bas de la pile, et ce malgré toutes nos relances. On va voir si Christophe Castaner, nouveau chef LREM à l’Assemblée va prendre ses responsabilités.

Vous reprochez également au CRIF son silence sur la proposition que vous avez obtenu du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu d’arrêter le suspect localisé à Ramallah…

En effet, voilà maintenant deux ans déjà, que nous avons obtenu cette proposition. Netanyahu en a parlé publiquement à deux reprises, lors d’une interview à Paris Match, et lors de sa rencontre avec Macron en janvier dernier en Israël. On a ici une occasion exceptionnelle d’arrêter ce terroriste mais le CRIF n’a jamais appelé le Président Macron à prendre ses responsabilités. Pourquoi ? Je n’ai pas la réponse, mais ce silence arrange bien la diplomatie française peu enclin à accepter la proposition israélienne.

Vous avez également été le premier avec le député Meyer Habib à dénoncer le scandale d’Etat de l’accord secret conclu entre la France et le groupe terroriste.

C’était en novembre 2018, juste après la diffusion au grand public de l’ex chef de la DST. Le CRIF a fait preuve là aussi d’un silence assourdissant. Pas un mot. Rien. Et là comme par magie, après le buzz suscité par les révélations du journal Le Parisien, en août 2019, le CRIF a dénoncé l’accord.

Qu’attendez-vous à présent du CRIF ?

Mon seul objectif c’est de faire bouger les choses dans ce dossier. Des résultats sont là. Si le CRIF souhaite qu’on œuvre ensemble, il a mon numéro.

La rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer