Publié le 3 Juin 2020

Totalement complice des futurs massacres antijuifs : la France de Macron refuse de classer terroriste le Hezbollah

La France a rejeté lundi les appels des Etats-Unis et d’Israël à classer terroriste le groupe chiite libanais Hezbollah.

“Le simple fait que les Allemands aient changé de position ne signifie pas nécessairement que nous devons également changer notre position”, a déclaré l’ambassadeur de la France en Israël, Eric Danon, dans un entretien accordé au Times of Israël (version anglophone).

Nous avons besoin de votre soutien, un geste, un don, juste quelques secondes de votre part : CLIQUEZ ICI

“Il faudrait leur demander à quel moment ou événement a déclenché leur changement de position. La presse a fait état d’une éventuelle attaque terroriste prévue en Allemagne. Peut-être que cela a joué un rôle? Mais vraiment, pour éviter toute spéculation, il faudrait demander directement aux Allemands les raisons de cette décision. Pour notre part, nous n’avons identifié aucun événement particulier qui nous inciterait à changer de position”, a-t-il ajouté, occultant totalement en cyniquement l’attentat déjoué en région parisienne, grâce aux informations transmises par les services antiterroristes israéliens.

Début mai, l’administration Trump a entrepris des démarches auprès des autorités françaises pour que le président Macron suive l’exemple de l’Allemagne qui a classé terroriste le Hezbollah.

En 2019, le président Macron avait catégoriquement refusé de classer terroriste le Hezbollah, affirmant que la France faisait le “distinguo” entre la branche militaire du Hezbollah et le mouvement politique avec lequel Paris peut “échanger”.

“Nous avons constamment distingué deux réalités du Hezbollah. D’une part, la branche militaire (…) et, d’autre part, le mouvement politique qui est représenté au Parlement qui peut faire l’objet de contacts et avec qui nous pouvons échanger”, avait-il déclaré. Et de poursuivre: “Nous continuerons à faire ce distinguo”. “Ce distinguo permet de lutter contre ceux qui ont des actions strictement militaires de type terroriste et de poursuivre cette politique dite de dissociation du Liban, afin d’éviter que le Liban ne soit en quelque sorte le théâtre importé des conflits régionaux”, a-t-il ajouté, en référence à la politique de distanciation à l’égard des conflits régionaux prônée par le gouvernement libanais.

“Il n’appartient pas à la France ou à d’autres puissances extérieures de savoir quelle force politique représentée au Liban serait bonne ou non. C’est au peuple libanais de le faire”, avait conclu le président français.

La rédaction Le Monde Juif .info | Photo : DR

Merci de poursuivre votre lecture encore quelques secondes car c’est important :

Le Monde Juif .info, votre média militant, a besoin de vous PLUS QUE JAMAIS pour SURVIVRE. Afin de moderniser le site, de lui offrir un meilleur serveur pour éviter les pannes qui se multiplient depuis quelques temps, de vous offrir des contenus vidéo exclusifs, un nouveau souffle…nous avons besoin de votre soutien, un geste, un don, juste quelques secondes de votre part : CLIQUEZ ICI

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer