Publié le 20 Sep 2019

Israël : Liberman pose ses conditions pour s’allier à Netanyahu

Le président du parti israélien russophone Ysraël Beitenou, Avigdor Liberman, a indiqué vendredi être prêt à prendre part à un gouvernement incluant des partis juifs orthodoxes mais à ses conditions.

Liberman, dont le parti Yisrael Beytenu a refusé de rejoindre le gouvernement dirigé par Netanyahu il y a cinq mois à la suite d’un différend avec un parti haredi concernant un projet de loi haredi, devrait obtenir huit sièges à la 22e Knesset, soit trois de plus qu’à la Knesset sortante.

Ni le bloc religieux de droite – ni le bloc arabe de gauche – ne peuvent clairement se diriger vers la majorité de 61 sièges requise sans Yisrael Beytenu.

Au cours de la campagne, Liberman a promis de bloquer la formation d’un gouvernement de droite étroit, appelant plutôt à la formation d’un gouvernement laïc d’union nationale dirigé par les partis du Likoud et des Bleus et Blancs, qui exclurait les factions religieuses telles que le Shass, le parti Judaïsme unifié de la Torah, et même le parti national-religieux juif.

Vendredi, cependant, Liberman a déclaré qu’il serait prêt à siéger avec des législateurs haredi – à condition que le gouvernement soutienne une série de propositions auxquelles les députés religieux s’opposent depuis longtemps, notamment des mariages civils, des modifications du système de conversion en Israël et l’expansion de la section de prière sur le mur des lamentations à Jérusalem accordée aux femmes juives libérales.

“Ces derniers jours, j’ai entendu un changement surprenant dans le discours des dirigeants des partis haredi”, a déclaré Liberman. “Ils n’utilisent plus d’épithètes contre moi comme” Amalek “et” Hitler “, et des appels sont lancés pour mettre fin à ces propos haineux”, a poursuivi Liberman, qui avait critiqué ouvertement pendant la campagne les législateurs haredi et les partis religieux “messianiques”.

“En ce qui nous concerne, et je l’ai déjà dit par le passé, les partis haredi ne sont pas nos ennemis, mais sont des rivaux politiques. Nous embrassons différents chemins. Ils viennent de Beit Shammai, nous de Beit Hillel”, a-t-il insisté.

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer