Publié le 28 Août 2019

Ignoble, à l’ONU, la France de Macron fustige la “colonisation” et zappe les dernières victimes juives

La France s’est livrée mardi aux Nations-Unies à une violente attaque d’Israël, au point d’occulter sciemment les deux dernières jeunes victimes israéliennes du terrorisme palestinien.

La représentante de la France à l’ONU, Anne Gueguen, a appelé les parties “à la retenue afin d’éviter toute nouvelle victime”, lors d’une séance consacrée à la situation au Proche-Orient.

“Les tensions actuelles sont le reflet de la crise plus vaste que traverse Gaza.  Il n’y aura de stabilité durable à gaza que dans le cadre d’un accord plus large.  La poursuite de la politique de colonisation à Jérusalem et en Cisjordanie nous éloigne toujours un peu plus de la solution des deux États”, a insisté la représentante de la France avant de condamner “les dernières décisions des autorités israéliennes de permettre la construction de 2 500 logements en Cisjordanie qui viennent s’ajouter aux 4 500 nouvelles unités approuvées depuis le début 2019”.

“Cette politique est d’autant plus inquiétante qu’elle s’accompagne de déclarations préoccupantes sur l’annexion de tout ou partie des territoires occupés”, a-t-elle insisté.

La représentante s’est inquiétée de ce que “les démolitions en Cisjordanie et à Jérusalem-Est se poursuivent en parallèle à un rythme soutenu”.  “Ces démolitions en zones A et B sont inédites, illégales en droit international et marquent une nouvelle étape dans la remise en cause de l’acquis d’Oslo”.  Elle a rappelé, “à l’instar de la résolution 2334 du Conseil de sécurité, que la colonisation est illégale en droit international et qu’elle doit cesser”.

La représentante s’est aussi inquiétée “des affrontements qui ont eu lieu sur l’esplanade des mosquées le 11 août dans le contexte des fêtes musulmanes et juives”, occultant que les incidents ont fait suite à une attaque au couteau dans la vieille ville dans laquelle un policier israélien a été grièvement blessé.

Elle a appelé “au maintien du statu quo de 1967 sur les lieux saints de Jérusalem”.  En lien avec ses partenaires européens, la France, a-t-elle assuré, est prête à soutenir tous les efforts, y compris économiques, du moment qu’ils s’inscrivent dans cette perspective définie ensemble, à savoir l’établissement des deux États, Israël et Palestine, vivant côte à côte, dans la paix et la sécurité et dans des frontières sûres et reconnues, avec Jérusalem comme capitale.

David Stern – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer