Publié le 4 Nov 2018

Référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie : malgré un résultat mitigé, Macron entérine l’occupation de l’archipel

Le président français Emmanuel Macron s’est félicité dimanche du « non » à l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, sur un score provisoire étriqué de 57%. Selon l’ONU, l’archipel est considéré comme un territoire à décoloniser.

« Les électeurs se sont exprimés majoritairement aujourd’hui pour que la Nouvelle-Calédonie reste française », a déclaré le dirigeant français lors d’une allocution solennelle à partir de l’Elysée.

Cette consultation, prévue par l’accord de Nouméa signé en 1998, est destinée à poursuivre le travail de réconciliation entre Kanak, peuple autochtone du territoire, et Caldoches, population d’origine européenne, entamé avec les accords de Paris de 1988. Ces derniers avaient été signés après les violences des années 1980 qui avaient culminé avec le massacre de 25 autochtones par les forces françaises.

L’accord de Nouméa prévoit la possibilité de deux autres consultations dans les quatre ans. En cas de rejet de l’accession à l’indépendance, un second référendum pourra être organisé en 2020 à la demande du tiers des membres du Congrès (19 membres).  En cas de nouveau rejet, un troisième référendum pourra se tenir en 2022, selon les mêmes conditions.  Si le résultat est toujours négatif, les parties à l’Accord devront alors se réunir pour examiner la situation ainsi créée.

Les indépendantistes accusent la France d’avoir faussé les élections en ayant favorisé ces dernières années une « immigration massive ».

Selon l’ONU, la Nouvelle-Calédonie est considérée comme un territoire à décoloniser. Elle est classée dans la liste des territoires non autonomes.

La liste des territoires non autonomes a été élaborée début 1946 conformément au Chapitre XI de la Charte des Nations unies. Décidée à mettre un terme aux derniers vestiges du colonialisme, l’ONU adopte le 14 décembre 1960 une Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux (résolution 1514).

La liste des Nations unies des territoires non autonomes à décoloniser compte aujourd’hui seize pays, dont dix sont sous administration du Royaume-Uni, trois des Etats-Unis, un de la France et un de la Nouvelle-Zélande.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer