Publié le 11 Août 2018

Attentat antisémite de la rue des Rosiers : le cri du cœur de Jacqueline Niego, sœur d’une des victimes

Un recueillement en mémoire des victimes de l’attentat antisémite de la rue des Rosiers, perpétré en 1982 par un commando terroriste palestinien, a été organisé jeudi par l’Association française des victimes du terrorisme (AfVT).

Jacqueline Niego, 79 ans, sœur d’André Hezkia Niego, assassiné dans l’attentat, a lancé un vibrant appel au président Macron :

André,

Toi, André, mon frère que j’adorais,

Toi, André, mon modèle, toujours présent à mes côtés dès l’orphelinat où nous étions retenus par les autorités françaises, pendant que notre mère était  internée dans un camp , tu me donnais à manger en bouche alors que je refusais de me nourrir, j’avais à peine 3 ans , ma sœur Arlette 6 et Toi André 9 .

Toi, André, présent encore, lorsque, plus tard, tu m’as sauvé de la dépression et de la maladie, et que, juste au son de ma voix, tu devinais que j’allais mal et que tu venais me chercher pour passer un moment de réconfort à tes côtés,

Toi, André, malheureusement présent en ce jour funeste du 9 août 1982, dans le restaurant de notre cousin Jo GOLDENBERG, et alors que tu étais au téléphone, tu es tombé sous les balles et tu as été achevé sur le sol,

Toi, mon André, rescapé de la barbarie nazie et de la collaboration française, tu as été assassiné par la barbarie terroriste et antisémite,

Toi, mon cher André, que je n’ai pas pu ni toucher ni embrasser une dernière fois, et dont la seule vision que je garde est celle d’un corps livide au travers d’une vitre de l’Institut médico-légal de Paris,

Toi, mon frère aimé, que nous avons dû faire revivre, ma sœur et moi, pendant plusieurs années pour cacher la vérité de ta mort tragique à notre mère cardiaque, sur le conseil de son cardiologue, en ayant recours à un ami qui avait une voix proche de la tienne et qui lui donnait des nouvelles en se faisant passer pour toi.

36 ans viennent de s’écouler et tu es toujours là, présent dans mon esprit et dans mon cœur et je te pleure toujours.

36 ans que ces assassins vivent paisiblement leurs vies au milieu de leurs familles,

36 ans que les familles des 6 victimes tuées et des 22 victimes lourdement blessées attendent que justice soit faite,

J’en appelle au Président de la République, au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice, au Ministre des affaires étrangères, au Procureur général de Paris, aux magistrats du pôle anti-terroriste, au Président du CRIF, au Président de l’Association Française des Victimes du Terrorisme, et à toute personne ou institution concernées par cette tragédie, pour que le travail du Juge TREVIDIC soit poursuivi, pour que les mandats d’arrêts internationaux émis par la Justice française soient exécutés, et que les assassins soient jugés et condamnés.

Je tiens à remercier tout particulièrement Monsieur Yohann TAIEB pour le soutien qu’il m’apporte dans cette douloureuse épreuve.

Je vous remercie toutes et tous de votre présence à cette commémoration et de votre soutien à toutes les victimes de ce lâche attentat du 9 août 1982.

© Crédit photo : Yohann Taïeb – Le Monde Juif .info

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer