Publié le 23 Juil 2018

Scandaleux : après avoir glorifié Merah en 2017, le Festival d’Avignon projette la haine d’Israël sur les murailles du Palais

Un ballet contemporain, “Story Water”, du chorégraphe israélien Emanuel Gat, à l’honneur au Festival d’Avignon, dénonce la prétendue “souffrance” de Gaza.

Peu avant la fin de “Story Water”, des statistiques ont été projetées l’une après l’autre sur les murs de la cour d’honneur du palais des Papes où se tenait le spectacle de danse.

“Gaza est l’une des zones les plus denses au monde avec plus de 5.000 habitants par km2”; “98% de l’eau à Gaza est contaminée et non potable”; “69% des jeunes sont au chômage”; “60% des enfants sont anémiques”; “84% comptent sur l’aide humanitaire pour leurs besoins de base”, indiquaient ces statistiques.

Après ces messages, les 10 danseurs se sont allongés sur la scène, une jambe recroquevillée comme pour imiter les morts, accompagnés d’une musique jouée par Ensemble modern, un orchestre contemporain.

Cette haine d’Israël n’a cette fois ci pas été du goût des critiques culturels. “Emanuel Gat, promoteur d’une danse nourrie de la rue, de musiques actuelles, épris de liberté, associé au Festival de Montpellier et à Chaillot Théâtre, était très attendu dans la Cour d’honneur du Palais des Papes qui s’est transformée en cour d’horreur”, ironise Jacky Bornet, de Culturebox (groupe France Télévisions), qui qualifie le ballet de “décousu et prétentieux”. “Le tout se conclut sur une référence à la Bande de Gaza, dont on se demande ce qu’elle vient faire là – même si le sujet conflictuel est toujours présent -, et d’une maladresse inouïe. La pièce finit sur un détournement de “Dixie’s Land” (hymne officieux de l’armée confédérale du Sud durant la guerre de Sécession) qui en rajoute, où les danseurs, après avoir enfilé des sacs poubelle japonisants, revêtent des joggings colorés hideux, dans une liesse générale. Quel cirque !”, poursuit-il.

Même son de cloche pour l’envoyée spéciale du journal Le Monde au Festival d’Avignon, Rosita Boisseau, pour qui Emanuel Gat “s’emmêle les pas” avec “Story Water”. “Dans la Cour d’honneur du festival, le chorégraphe israélien présente un spectacle très politique qui finit par s’enrayer”, déplore t-elle.

En 2017 déjà, le Festival d’Avignon avait suscité l’indignation de la communauté juive avec une pièce romançant les dernières heures du terroriste Mohamed Merah. Le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) avait demandé aux organisateurs du Festival d’Avignon de déprogrammer la pièce controversée.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer