Publié le 6 Mai 2018

Le père d’une des victimes de Merah apporte son soutien à Trump : “Il ne manque pas de respect aux victimes”

Le père d’un des trois soldats abattus par le terroriste Mohamed Merah, Albert Chennouf-Meyer, a apporté dimanche soir son soutien au président américain Trump accusé par les autorités françaises et par les associations de victimes du terrorisme d’avoir insulté les victimes de l’attaque du Bataclan.

“J’entends depuis 24 heures les pleurnicheries de nos lâches hommes et femmes politiques ainsi que les commentaires de leurs suppôts, les journalistes gauchiassés, sur les propos de Donald J. Trump et les victimes du terrorisme en France. Je tiens à affirmer, en qualité de père d’une victime, je ne suis pas heurté pas les propos du président des USA et à aucun moment, j’ai le sentiment qu’il manque de respect aux victimes. En revanche, que les politiques se sentent visés, il y a de quoi, non?
Ils n’ont pas fait leur travail, dicté par la Constitution, à savoir, protéger le peuple. Plus de 400 innocents assassinés à l’actif de Nicolas Sarkozy, François Hollande et Emmanuel Macron. Ils ne veulent pas qu’on leur décerne la médaille du mérite ces incompétents ?”, a dénoncé sur les réseaux sociaux le père d’Abel Chennouf.

Dans un communiqué publié samedi, le ministère français des Affaires étrangères indique que “la France exprime sa ferme désapprobation des propos du président Trump au sujet des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et demande le respect de la mémoire des victimes des attentats du 13 Novembre”. Les propos du président américain ont également suscité l’indignation des victimes des attentats du 13-Novembre.

Donald Trump a repris vendredi à la convention de la NRA, le puissant lobby pro-armes, sa théorie selon laquelle les attentats du 13 novembre 2015 à Paris auraient fait moins de victimes si ces dernières avaient été armées. Le 13 novembre 2015, 130 personnes ont été tuées et plusieurs centaines ont été blessées dans une série d’attentats revendiqués par le groupe Etat islamique (EI). Un des commandos a tué 90 personnes dans la salle de concert du Bataclan.

“Elles ont été tuées brutalement par un petit groupe de terroristes qui avaient des armes. Ils ont pris leur temps et les ont tués un par un. Boum, viens là; boum, viens là; boum, viens là”, a raconté le président américain, en mimant un jihadiste tirant au pistolet sur les victimes. “Mais si un employé, ou juste un client avait eu une arme, ou si l’un de vous dans l’assistance avait été là avec une arme pointée dans la direction opposée, les terroristes auraient fui ou se seraient fait tirer dessus, et ça aurait été une toute autre histoire”, a affirmé Donald Trump.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer