Publié le 11 Avr 2018

Que fait Israël ? Nouvelle provocation du Consulat de France, le pro-BDS Pascal Boniface invité à Jérusalem pour une conférence

L’Institut Français de Jérusalem, qui dépend du très anti-israélien Consulat de France, organise mercredi prochain une conférence avec le Directeur de l’Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS), Pascal Boniface.

Pascal Boniface, évincé en 2003 du Parti socialiste en raison de son parti pris anti-israélien, est un soutien affiché du mouvement antisémite BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions), considéré comme tel notamment par l’Allemagne.

En 2010, le Directeur de l’IRIS avait publié une tribune dénonçant les accusations d’antisémitisme à l’encontre des activistes du BDS. “Brandir l’accusation d’antisémitisme contre ceux qui critiquent le gouvernement israélien est une méthode ancienne et répandue. Elle a été très efficace, car l’accusation d’antisémitisme est infamante, surtout en Europe occidentale où le sentiment de culpabilité par rapport aux multiples massacres antisémites du passé, notamment le génocide nazi, est très fort”, expliquait-il.

L’an dernier, Israël a consacré 118 millions de shekels à la lutte contre ce mouvement. Le gouvernement a adopté une loi interdisant aux militants anti-Israël d’entrer dans le pays, et l’applique de manière très rigoureuse, notamment, en refusant dernièrement de laisser entrer des élus français et européens, dont certains souhaitaient rencontrer des terroristes palestiniens. En fera t-il autant avec ce soutien affiché au mouvement BDS ? La question mérite d’être posée.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer