Publié le 2 Avr 2018

Le chef d’état-major israélien décrit la prochaine guerre contre le Hezbollah : “Les images de destruction causées par cette guerre seront sans précédent”

Le chef d’état-major israélien Gadi Eisenkot a déclaré, dans des interviews accordées ces derniers jours à plusieurs journaux israéliens à l’occasion de la Pâque juive, que le déclenchement d’une guerre était possible dans le courant de l’année, désignant le triptyque Iran-Syrie-Liban comme le plus important danger militaire pour Israël.

“Le plus important danger militaire pour Israël, matérialisé par letriptyque Iran-Syrie-Liban, se situe sur le front nord”, a déclaré le général Eisenkot, estimant que la probabilité qu’une guerre soit conduite dans le courant de l’année était “grande”. “Il y a de nombreux signes négatifs qui laissent penser qu’une guerre éclate”, a-t-il également affirmé.

Interrogé sur les modalités de la prochaine guerre opposant Israël au Hezbollah, le chef d’état-major israélien explique que “tout ce qui sera au service du Hezbollah sera détruit, de Beyrouth jusqu’à l’extrême sud”. “Des hauts immeubles où logent les membres du Hezbollah au Liban seront détruits. Les images de destruction causées par cette guerre seront sans précédent”, a-t-il également affirmé.

“Nous avons des milliers de cibles au Liban et nos capacités ont été multipliées par sept depuis la dernière guerre”, a indiqué le général Eisenkot. Israël et le Hezbollah se sont livrés en 2006 une guerre qui a fait plus de 1.200 morts côté libanais, en majorité des civils, et 160 côté israélien, quasiment tous des soldats. “Des dizaines de brigades au sol, aidés par l’aviation, la marine et les renseignements militaires, prendront part à cette prochaine guerre. Par ailleurs, selon lui, “le Hezbollah n’a pas les capacités d’effectuer de frappes précises”.

Selon le chef d’état-major israélien, le Hezbollah “vit une crise”. “Ces quatre dernières années, il a perdu environ 2.000 combattants en Syrie et plus de 8.000 ont été blessés”. Pour lui, la probabilité que l’Iran participe à cette guerre est “très faible”. Israël voit d’un mauvais œil l’intervention militaire du parti chiite et de son parrain iranien en Syrie, et il a mené à plusieurs reprises des frappes contre des positions du Hezbollah dans ce pays voisin en guerre.

Dans la nuit de vendredi à samedi, un drone israélien s’était écrasé entre les localités de Baraachit et Beit Yahoun, dans le caza de Bint Jbeil, au Liban-Sud, une information confirmée par l’armée israélienne qui a évoqué un “problème technique” sans plus de détails. Selon l’Agence nationale d’information libanaise, un autre drone israélien a bombardé le site du crash du premier engin, le détruisant complètement.

SOURCE | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer