Publié le 29 Avr 2018

Borloo, le « M. Banlieues » de Macron, tacle le manifeste contre l’antisémitisme musulman : « Remettons la République, pas par des phrases, pas par des tribunes »

L’ancien ministre centriste de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy, Jean-Louis Borloo, qui a remis jeudi au gouvernement un rapport très attendu sur les banlieues, a relativisé dimanche le manifeste contre l’antisémitisme musulman signé par 300 personnalités.

« Remettons la République, pas par les phrases, pas par des tribunes, de manière extrêmement concrète et opérationnelle. Reconstruisons cette égalité républicaine », a-t-il déclaré sur BFMTV, interrogé sur l’antisémitisme musulman sur lequel il n’a pas du tout répondu à la question posée.

Interrogé sur la radicalisation dans les cités, l’ancien ministre a également botté en touche. « Quand on avait les émeutes il n’y avait pas la radicalisation », a-t-il assuré.

Emmanuel Macron doit annoncer « dans le courant du mois de mai » son « plan de mobilisation » en faveur des quartiers prioritaires, qui se nourrira du rapport Borloo.

Intitulé « Vivre ensemble – vivre en grand la République », le rapport Borloo propose notamment la création d’un fonds doté de « 5 milliards d’euros » et met en garde contre le risque de « nouvel apartheid » en matière de mixité hommes-femmes.

Il égrène 19 programmes pour « faire revenir la République » dans les quartiers face au « repli identitaire et communautaire », allant de la « relance immédiate de la rénovation urbaine » à la réorganisation de l’école en passant par la création d’une « académie des leaders » inspirée de l’ENA.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer