Publié le 3 Mar 2018

Honteux : la secrétaire d’Etat Marlène Schiappa “like” un soutien notoire au terroriste palestinien Salah Hamouri

La Secrétaire d’État en charge de l’égalité entre les femmes et les hommes, Marlène Schiappa, a aimé un tweet d’un activiste anti-israélien, Madjid Messaoudene.

Madjid Messaoudene, conseiller municipal délégué à l’Égalité femme/homme, la lutte contre les discriminations, l’égalité des droits, à la ville de Saint-Denis, est connu sur les réseaux sociaux pour ses attaques contre Israël, contre les organisations juives françaises.

L’élu est activement impliqué dans la campagne de soutien au terroriste franco-palestinien Salah Hamouri, membre du FPLP, organisation classée terroriste par l’Union européenne.

Le 14 janvier 2015, invité de France Info, l’élu avait remis en cause la protection renforcée des écoles et lieux de culte juifs. “Je trouve qu’il faut faire attention à ne pas donner l’impression que dans ce pays les religions ne sont pas traités sur le même pied d’égalité…. Le souci c’est que le ministère de l’Intérieur a bien dit que les écoles juives et les synagogues étaient prioritaires et ça ce n’est pas possible, ce n’est pas possible”, avait-il déclaré. Et d’ajouter : “En donnant l’impression, même si ce n’est pas la volonté affichée du gouvernement, que la communauté juive doit avoir plus d’attention, vous alimentez les fantasmes judéophobes”.

En 2012, après le massacre antijuif de Toulouse, l’élu avait tenu sur Twitter des propos controversés.

En 2014, lors de l’opération antiterroriste israélienne à Gaza, Marlène Schiappa avait fustigé les propos du Premier ministre Manuel Valls sur l’antisémitisme et l’antisionisme.

“Vous avez déclaré constater-la montée de l’antisémitisme, qui se nourrit dans les quartiers populaires- dont vous affirmez qu’ils seraient –antisémites-“, avait-elle écrite dans une tribune intitulée “Non, cher Manuel Valls, les quartiers populaires ne sont pas antisémites”.

“Comme tant d’autres, je me sens visée par vos propos quand vous parlez de l’antisémitisme des quartiers populaires. Non, nous qui venons des quartiers populaires ne sommes pas antisémites. Les gens qui habitent, travaillent, vivent dans les quartiers populaires ne sont pas antisémites dans leur ensemble, intrinsèquement, par essence. Présumer que la lutte pour la liberté du peuple palestinien ne pourrait qu’être de l’antisémitisme caché est un raccourci grossier. Ne peut-on pas lutter contre la politique d’un gouvernement sans être soupçonné de haïr l’ensemble d’un peuple? Lutter contre la politique de Berlusconi a-t-il fait de vous un raciste anti-Italiens? Votre déclaration, monsieur le Premier Ministre, est un dangereux cliché, stéréotypé et stigmatisant, contre les quartiers populaires”, avait-elle ajouté.

Le Premier ministre s’exprimait à l’occasion d’une cérémonie commémorant le soixante-douzième anniversaire de la rafle du Vel d’Hiv, durant laquelle 76.000 Juifs dont 11.000 enfants ont été déportés.

“À l’antisémitisme historique (…) s’ajoute un antisémitisme d’une forme nouvelle qu’il est hors de question de nier ou de cacher (…) il se répand sur internet (…) il se répand aussi dans nos quartiers populaires auprès d’une jeunesse souvent sans repère, sans conscience de l’Histoire et qui cache sa haine du Juif derrière un antisionisme de façade et derrière la haine de l’Etat d’Israël”, avait déclaré Manuel Valls.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer