Transalion agence immobiliere
Publié le 19 Jan 2018

Laëtitia Eïdo, alias Dr Shirin dans FAUDA : “L’art est la seule chose qui rassemble vraiment les gens”

 

Laëtitia Eïdo, actrice franco-libanaise, incarne le docteur Shirin El Abed dans la série israélienne Fauda. Cette dernière est palestinienne, mais tombe amoureuse d’un de ses patients. Il s’avère être un agent israélien infiltré. Elle a accepté de répondre à nos questions sur la série.

Parlez nous du Dr. Shirine, votre personnage qui occupe une place importante dans la série…

Shirine est un personnage un peu particulier, parce qu’il a été créé pour être entre deux mondes. Dans le sens où elle a passé plus de temps en France que dans les territoires, et que son père est français. C’est un médecin avec des fonctions assez élevées dans cet hôpital, c’est une femme du coup qui a un poste important. C’est un médecin avec beaucoup d’empathie. C’est ça qui m’a plu et qui m’a beaucoup touchée chez elle.

Comment les Palestiniens et le monde arabe en général, perçoivent la série ?

Il paraît que c’est un gros carton dans beaucoup de pays arabes, notamment en Arabie saoudite. Je suis allée à Bethléem, dans les territoires, j’ai été agréablement surprise de voir beaucoup de gens venir vers nous en nous disant qu’ils avaient beaucoup aimé la série.

Le Liban a censuré le blockbuster américain Wonder Woman en raison de la nationalité israélienne de l’actrice Gal Gadot. Que pensez-vous du boycott d’Israël par les pays arabes ?

Je trouve ça dommage. L’art est la seule chose qui rassemble vraiment les gens, c’est le seul domaine qui peut encourager l’amour mutuel. Ça devrait apaiser les gens, les réunir et non les diviser. Israéliens et Palestiniens ont envie de se parler mais ils ont peur. Les Israéliens et les Palestiniens vivent de plus en plus cloisonnés, il faut au contraire qu’ils se rencontrent et qu’ils se parlent. Si les deux peuples s’habituaient l’un à l’autre, ils exigeraient des politiques de trouver des solutions. La paix est possible. J’ai rencontré une petite association, Two Neighbors (Deux voisins), où des femmes israéliennes et palestiniennes confectionnent ensembles des vêtements. C’est un bel exemple.

Un petit mot sur la saison 2 ?

La saison 2 pousse encore plus loin les douleurs et l’absurdité de la guerre et des vengeances.

Propos recueillis par Yohann Taïeb – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer