Transalion agence immobiliere
Publié le 14 Nov 2017

Haine de l’Etat juif : la France appelle Israël à laisser entrer des élus français pro-terroristes palestiniens

La France a appelé mardi les autorités israéliennes à autoriser l’entrée sur leur territoire d’élus français souhaitant rencontrer les terroristes palestiniens Marwan Barghouti et Salah Hamouri.

“De manière générale, nous souhaitons que les parlementaires français aient accès à l’ensemble des interlocuteurs qu’ils veulent rencontrer pour remplir leur mission d’information”, a déclaré la porte-parole du Quai d’Orsay, Agnès Romatet-Espagne. “Nous y sommes attentifs s’agissant d’Israël comme de tous les pays où les élus français se rendent”, a-t-elle ajouté.

Les autorités israéliennes ont indiqué lundi qu’elles refuseront l’entrée sur leur territoire à des élus français souhaitant rencontrer les terroristes palestiniens Marwan Barghouti et Salah Hamouri.

“Nous n’autoriserons pas l’accès au territoire à ceux qui appellent activement à s’en prendre à Israël, en particulier quand ils demandent à rencontrer et à conforter un fieffé meurtrier comme Barghouthi, incitant ainsi à soutenir le terrorisme”, a indiqué le ministre israélien de la Sécurité publique Gilad Erdan dans un communiqué de ses services et du ministère de l’Intérieur. Les autorités israéliennes recommandent donc par avance aux élus français “de ne pas prendre l’avion du tout”.

Barghouti est l’ancien chef du Tanzim, un groupe armée de l’entité terroriste du Fatah, et le fondateur de la Brigade des martyrs Al-Aqsa, un groupe terroriste impliqué dans des centaines d’attaques terroristes anti-israéliennes. Il a été condamné en 2004 pour cinq chefs d’assassinat et une tentative d’assassinat, et a été impliqué et tenu responsable de quatre autres attaques terroristes.

Né à Jérusalem de mère française et de père palestinien, le terroriste Salah Hamouri, membre de l’organisation terroriste du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), a été arrêté le 13 mars 2005 et a été reconnu coupable en 2008 par un tribunal militaire israélien de projet d’assassinat du rabbin Ovadia Yossef, le défunt dirigeant spirituel du parti ultra-orthodoxe Shass.

Transféré à la prison de Shata quelques semaines avant sa libération, il a été libéré le 18 décembre 2011 de manière anticipée dans le cadre d’une libération de 1 027 prisonniers palestiniens contre Gilad Shalit, grâce aux pressions de Nicolas Sarkozy sur l’ancien Grand rabbin d’Israël.

Fin août, le Franco-palestinien a de nouveau été arrêté par les forces de l’ordre israéliennes à son domicile de Jérusalem. Depuis, les autorités françaises, de l’Elysée au Quai d’Orsay, œuvrent activement à sa libération.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Transalion agence immobiliere

Recherche

Transalion agence immobiliere