Publié le 15 Oct 2017

Netanyahu : « Nous n’avons pas de grands espoirs pour l’UNESCO »

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu s’est montré dimanche sceptique sur un changement de position de l’UNESCO après la victoire de l’ancienne ministre française de la Culture Audrey Azoulay à la direction de l’organisation onusienne.

« L’UNESCO est devenue une tribune pour les décisions délirantes, anti-israéliennes et – en fait antisémites », a déploré le dirigeant israélien lors du conseil hebdomadaire des ministres.

« Nous espérons que l’organisation va changer ses façons de faire, mais nous ne mettons pas d’espoir sur cela ; par conséquent, ma directive de quitter l’organisation est maintenue et nous allons aller de l’avant », a-t-il ajouté.

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi leur retrait de l’UNESCO, accusant l’institution d’être « anti-israélienne ».

Quelques heures après, Israël a également décidé de se retirer de l’Unesco, en raison du parti pris anti-israélien, selon lui, de l’organisation onusienne devenue un « théâtre de l’absurde ». Peu après l’annonce du retrait américain, l’Etat hébreu avait salué le début d’une « nouvelle ère aux Nations unies : celle où quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix ».

Washington conservera toutefois un statut d’observateur en lieu et place de leur représentation à l’agence onusienne sise à Paris, a précisé le département d’Etat américain. Le retrait ne sera effectif qu’à compter du 31 décembre 2018, conformément aux statuts de l’UNESCO.

Les Etats-Unis, grand allié d’Israël, avaient déjà pris leurs distances avec l’Unesco. Ils avaient ainsi arrêté de participer à son financement en 2011 après que l’agence a admis la Palestine parmi ses Etats membres. Mais ils continuaient depuis à siéger au conseil exécutif de l’Unesco, composé de 58 membres.

En 2016, le Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF) avait appelé la ministre de la Culture Audrey Azoulay à intervenir pour déprogrammer au Festival de Cannes un documentaire glorifiant les terroristes palestiniens auteurs du massacre des athlètes israéliens aux Jeux olympiques de Munich en 1972. La ministre n’était pas intervenue et n’avait pas dénoncé publiquement cette projection.

David Stern – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer