Publié le 6 Juil 2017

Michel Boujenah ne plie pas face aux antisémites du BDS : « Mon amour pour la Tunisie est beaucoup plus grand que les campagnes de diffamation qui me visent »

L’humoriste Michel Boujenah n’a pas l’intention de céder aux intimidations du mouvement antisémite BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) qui appelle au boycott de son spectacle en Tunisie, a indiqué un militant tunisien de la communauté juive de Djerba.

Sur sa page Facebook, Elie Trabelsi, a indiqué avoir eu un entretien avec Boujenah, qui lui a assuré que « son amour pour la Tunisie est beaucoup plus grand que les campagnes de diffamation qui le visent ». « Michel Boujenah sera au festival de Carthage, le 19 juillet, pour assurer son spectacle », a-t-il assuré.

La centrale syndicale tunisienne UGTT, Prix Nobel de la Paix en 2015, a appelé mardi le ministère tunisien des affaires culturelles à l’annulation du spectacle de Michel Boujenah au festival de Carthage et de tous les festivals en Tunisie.

« Cet appel n’est pas basé sur sa religion, mais sur ses positions qui soutiennent le sionisme et l’assassin Ariel Sharon. Cet artiste a même organisé des manifestations pour soutenir les politiques de l’entité sioniste », accuse dans un communiqué l’organisation syndicale.

La centrale syndicale a appelé le ministère de la culture a assumé ses responsabilités en enquêtant dans la programmation. Le bureau exécutif de l’UGTT a aussi contesté les « explications vides » données par le directeur du festival de Carthage et dénonce son « manque de respect des positions des tunisiens et leurs sentiments ».

L’Association tunisienne de soutien des minorités (ATSM) a qualifié jeudi « d’acte antijuif » l’appel au boycott de l’humoriste français Michel Boujenah lancé par des organisations anti-israéliennes.

« L’appel à boycotter le spectacle de Boujenah, sous prétexte de lutte contre le sionisme, n’est rien de plus qu’un acte anti-juif quand on sait qu’il s’agit d’un Tunisien qui a toujours crié haut et fort son attachement au pays », a fustigé Yamina Thabet, présidente de l’ATSM.

En 2016 déjà, l’UGTT avait dénoncé la décision « étrange » des monarchies du Golfe de classer le Hezbollah comme organisation « terroriste ».

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer