Publié le 19 Juil 2017

Colère de l’agriculteur poignardé par un fiché S : « Il aurait peut-être fallu qu’il me décapite à 500 mètres de chez moi pour faire quelque chose »

L’agriculteur du Lot-et-Garonne, qui a été agressé au couteau le 18 juin dernier par un fiché S criant « Allah Akbar », a dénoncé mercredi le refus par la justice de reconnaître le caractère terroriste de l’attaque dont il a été victime.

« On s’est fait agressé gratuitement par cet individu. C’était comme quelqu’un qui essaie de vous couper la tête. Il est arrivé en criant ‘Allah Akbar’… C’était un fou. C’est sûr que je pouvais mourir. Si ce n’est pas un attentat, je ne sais pas ce que c’est. Qu’est-ce qu’il faut faire? Je ne suis pas un politique, ni un gendarme », a-t-il déclaré sur RMC.

« On dit à propos des fichés S qu’il ne faut pas les arrêter avant qu’il ne passe à l’acte. Certes, il aurait peut-être fallu qu’il me décapite à 500 mètres de chez moi pour faire quelque chose. Si cela s’était passé à Paris, ce ne serait pas la même chose », a-t-il ajouté.

L’islamiste doit comparaître mercredi devant le tribunal correctionnel d’Agen pour violence avec arme. Un délit de droit commun alors que les avocats et soutiens de la victime estiment que l’affaire relève du parquet antiterroriste.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer