Publié le 24 Juil 2017

? Haine de l’Etat juif : la France de Macron persiste à accuser Israël et met sur le même plan victimes israéliennes et terroristes du Hamas abattus

La France a de nouveau accusé lundi Israël d’être à l’origine du nouveau cycle de violence à Jérusalem.

« La France déplore les violences récentes à Jérusalem et dans les Territoires palestiniens qui ont entraîné la mort de dix personnes dans des attentats et des affrontements. Elle exprime sa grande préoccupation et sa détermination à aider, avec ses partenaires, à l’apaisement », a déclaré la porte-parole du ministère français des Affaires étrangères lors d’un point presse.

« La France réaffirme la nécessité de s’abstenir de tout acte ou déclaration pouvant aggraver le conflit et appelle toutes les parties à la retenue et à œuvrer concrètement à un retour au calme. Elle rappelle que toute remise en cause du statu quo est porteuse de grand risque de déstabilisation et souhaite qu’une solution concertée, permettant d’assurer la sécurité, soit trouvée sans que le libre accès aux lieux saints ne soit affecté », a-t-elle ajouté.

Israël n’a pas remis en cause le statu quo. Les fidèles juifs n’ont toujours pas le droit de prier sur le Mont du Temple, site le plus sacré du judaïsme. Les autorités israéliennes ont seulement installé des portiques de sécurité aux abords de ce site saint revendiqué par les Musulmans.

Sur les dix morts évoqués par la France, cinq sont Israéliens, deux policiers et trois civils, tous assassinés dans des attaques terroristes. Les Palestiniens abattus sont quant à eux cinq émeutiers antijuifs, dont au moins deux terroristes du Hamas.

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer