Publié le 4 Mai 2017

Patrick Bruel : « A chaque fois qu’on a touché les extrêmes dans l’Histoire, le pire a suivi »

Dans trois jours nous aurons un nouveau visage à la tête de l’État. Ça sera E. Macron ou M. Le Pen et personne d’autre ! Je voudrais donc qu’on m’explique l’intérêt du vote blanc en cette circonstance.

Vous pensez sérieusement qu’un type providentiel avec un tee shirt blanc va faire son apparition dimanche soir à 20h sur nos écrans et dans quelques jours à l’Elysée ?

Donc le choix ne peut se faire qu’entre l’un ou l’autre des deux candidats. Alors très sincèrement je ne comprends pas la démarche. N’y a-t-il pas d’autres moyens de manifester son mécontentement, sa déception, sa colère..? Il reste les législatives pour exprimer une diversité. Il y aura des tribunes, et peut être une envie pour la jeunesse de réinventer, de proposer. Ne pas voter dimanche ou voter blanc signifie donner sa voix au Front National.

Mon combat ne date pas d’hier donc je ne m’étendrai pas sur le fait que rien n’a changé au FN malgré un maquillage parfois habile mais plus souvent outrancier. Et le (non) débat d’hier soir et cette volonté d’attaquer sans cesse l’adversaire pour masquer l’indigence de son propre programme ne fait que le confirmer. Mais le plus important est que ça n’a jamais marché nulle part ! Aucun parti totalitaire, aucun mouvement d’extrême droite n’a réussi à redresser un pays. Ils n’ont été que source de chaos, de souffrance et de malheur. Rappelons quand même que le FN est Né en 73 d’Ordre Nouveau parti d’extrême droite fasciste, xénophobe, raciste, antisémite, islamophobe et j’en passe.

Est-ce que votre colère va vous/nous amener jusque-là..? Ceux à qui je m’adresse aujourd’hui sont ceux qui pensent que tout se vaut… Les partisans du « ni…ni ». Il n’y a pas de troisième option. Le vote blanc n’a jamais été si noir, ce n’est pas un vote neutre, c’est un vote d’abandon. C’est un vote suicidaire. Bien sûr qu’il est légitime d’être en colère aujourd’hui tant la désillusion est violente mais n’abandonnez pas votre pays ! N’abandonnez pas son socle et ses valeurs. A chaque fois qu’on a touché les extrêmes dans l’Histoire, le pire a suivi. Chacun est libre de son choix, ça ne se discute pas, mais à condition d’assumer pleinement son acte et de ne pas dire je ne savais pas où pire « ah si j’avais su… »

Chacun aura donc sa part de responsabilité. Et un jour il faudra rendre des comptes. Il faudra pouvoir regarder nos enfants dans les yeux et leur dire…quoi..? Qu’on ne savait pas..? Non ça c’était avant… Aujourd’hui tout le monde sait ! Il sera trop tard pour regretter dimanche soir à 20.01. La gueule de bois serait terrible et pire encore, Le sentiment d’avoir laissé faire. Molière l’a dit mieux que personne : « C’eut été y prendre part que de ne pas s’y opposer. »

Texte publié sur la page Facebook de Patrick Bruel | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer