Transalion agence immobiliere
Publié le 6 Avr 2017

Lettre ouverte à l’ambassadrice de la France en Israël : “Où sont vos condamnations du terrorisme palestinien ?”

amb-fra-isr

Madame l’Ambassadrice,

Ce jeudi matin, un Israélien a été assassiné et un autre blessé par un terroriste palestinien dans une attaque à la voiture-bélier. Ce décès porte à quarante-deux le nombre d’Israéliens lâchement assassinés depuis octobre 2015 dans des attaques terroristes publiquement saluées et encouragées par l’Autorité palestinienne.

À chaque fois que le gouvernement israélien annonce la construction de logements dans des localités juives de Judée-Samarie, la diplomatie française condamne, quasiment dans l’heure qui suit, la “colonisation israélienne”, “principal obstacle à la paix”.

Samedi, trois Israéliens ont été blessés dans une attaque au couteau. Vous n’avez pas condamné cette attaque. Tout comme aujourd’hui. Où sont vos condamnations du terrorisme palestinien ? Pourquoi la diplomatie française condamne-t-elle systématiquement les constructions israéliennes et reste silencieuse sur les crimes des Palestiniens ?

Les rares fois où la diplomatie française condamne les attaques terroristes palestiniennes, elle ne dénonce pas clairement le terrorisme palestinien, préférant parler de violences. Une attitude sournoise. Une insulte aux victimes.

La haine du Juif encouragée par les dirigeants palestiniens est le principal obstacle à la paix. C’est cette même haine du Juif qui a tué des centaines de Juifs dans la Palestine mandataire, bien avant la restauration de la souveraineté juive sur sa terre ancestrale en 1947, et bien avant l’occupation israélienne en 1967.

C’est cette même haine du Juif qui a poussé les Palestiniens a frapper la communauté juive parisienne avec le lâche attentat antisémite de la rue des Rosiers en 1982 qui a fait six victimes et vingt-deux blessés.

Et là encore, silence assourdissant de la France. Fin février, le président du CRIF avait dénoncé l’inaction de la diplomatie française pour que Mahmoud Kader Abed, alias Hicham Harb, le principal responsable de l’attentat de la rue des Rosiers en1982, réfugié à Ramallah, soit livré à la justice française. Il y a un an également, l’AfVT (Association française des Victimes du Terrorisme) avait elle aussi dénoncé avec force cette inaction.

Ne venez pas nous dire qu’il n’y a pas de convention d’extradition entre la France et l’Autorité palestinienne. La France n’avait pas hésité en 1994 à enlever au Soudan le terroriste Carlos.

Le sang des victimes juives n’aurait-il aucune valeur aux yeux de la diplomatie française ?

Yohann Taïeb – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Transalion agence immobiliere