Publié le 15 Juin 2016

Valls dénonce l’intifada d’extrême gauche : « Jeter des parpaings sur un policier peut tuer »

France's Interior Minister Manuel Valls delivers a speech during the Socialist Party's annual congress in Toulouse

Le Premier ministre français Manuel Valls a dénoncé mercredi la violence des casseurs en marge de la manifestation parisienne anti-loi Travail, après les dégradations à l’hôpital Necker.

« J’ai tenu à marquer la solidarité du gouvernement et, j’en suis sûr, celle de tous les Français vis-à-vis des équipes de l’hôpital qui ont subi une agression intolérable. De mémoire, c’est la première fois que l’on s’attaque ainsi à un hôpital. Personne ne peut ignorer que c’est un hôpital. Derrière ces vitres, il y a en plus le bloc opératoire », a déclaré M. Valls lors d’une visite de solidarité à l’établissement hospitalier parisien.

« Quand on balance des parpaings particulièrement lourds, c’est qu’on veut faire mal, c’est qu’on veut tuer un policier », a-t-il insisté.

L’hôpital Necker, un établissement hospitalier spécialisé en pédiatrie, a accueilli l’enfant de 3 ans du couple de policiers assassinés au nom du groupe terroriste Etat islamique (Daech) lundi soir à Magnanville.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer