Publié le 9 Mai 2016

Yvan Attal : “Les médias français ont une part de responsabilité dans l’antisémitisme”

AGE_1204053596.jpg

L’acteur-réalisateur Yvan Attal a accordé un entretien au Monde Juif. Info, à l’occasion de la sortie le 1er juin prochain de sa comédie “Ils sont partout”, qui dénonce les préjugés antisémites.

Initialement, le titre du film devait s’intituler #LesJuifs. Finalement, c’est “Ils sont partout”. Le terme “juif” est-il devenu problématique ?

À l’origine, #LesJuifs était un titre de travail, mais oui, avoir un titre avec le mot juif est un peu problématique. Le mot juif est trop clivant. Je pense que cela aurait été repoussant pour certains d’aller à la caisse et de dire “Je veux deux places pour #LesJuifs”, alors j’ai changé de titre.

Existe-t-il de l’antisémitisme dans le cinéma français ?

Oui. Il y a, d’après des sondages, 30% de gens en France qui pensent que ces clichés antisémites sont véridiques. Ces 30% sont répartis dans toute la population, ils ne sont pas tous planqués dans le même bled.

Le Front national, qui est évoqué malicieusement dans le film, est-il plus dangereux pour les Juifs de France que l’islamo-gauchisme ?

Je pense que c’est pareil. Les gens en France ne se rendent pas compte que l’on ne peut pas fricoter, de près ou de loin, avec des gens dont l’ADN est terrible pour nous [les Juifs] et pour les autres en général. Les gens qui descendent dans la rue et qui crient “Juif de France dégage”, c’est l’électorat du Front National. Je ne me vois pas donner ma voix à un parti dont l’électorat est antisémite. Maintenant, je ne pense pas du tout qu’ils soient plus dangereux que les islamo-gauchistes. Les antisémites qui se cachent derrière leur antisionisme, ont déjà fait la démonstration de leur antisémitisme. C’est ça le malaise d’un Juif de France aujourd’hui. Droite ou gauche ? …

La France a récemment voté à l’UNESCO en faveur d’une résolution antijuive et elle soutient l’étiquetage des produits israéliens. La diplomatie française est-elle antisémite ?

Je ne crois pas que cela soit de l’antisémitisme. Malgré l’étiquetage, la France est ferme contre les appels au boycott d’Israël. Mais je suis choqué de voir comment l’UNESCO a pu voter cette résolution. C’est du négationnisme dans toute sa splendeur. C’est aussi grave de dire que les Juifs n’ont aucun lien avec Jérusalem, que de dire les chambres à gaz n’ont pas existé. Je ne comprends pas le vote de la France. D’une part, il y a une grande ignorance sur le conflit israélo-palestinien, et d’autre part, il y a une propagande arabo-palestinienne très, très bien orchestrée, et qui depuis un moment fait son chemin. Israël a manqué un train, celui de rétablir la vérité. Israël est toujours en guerre. Cet État n’a pas le temps de gérer tout ça. Cela était une très grosse erreur. J’ai fait un film sur l’antisémitisme, pas sur le conflit israélo-palestinien. Je l’aborde dans le sketch “Et Israël ?”, puisqu’on ne peut plus aujourd’hui parler d’antisémitisme sans faire allusion à Israël, car le conflit est importé ici et qu’il est source d’antisémitisme. Il est même la conséquence de certaines violences ici. On tue des Juifs français pour “venger des frères” palestiniens. Par contre, ils n’ont aucune envie de “venger leurs frères” palestiniens quand ils sont tués par Bachar Al-Assad ou par d’autres. Dans ce conflit israélo-palestinien, au-delà d’un problème de territoire, il y a aussi de l’antisémitisme. C’est clair et net. Pourquoi il y aurait de l’antisémitisme de partout dans le monde sauf au sujet d’Israël ? Donc on comprend bien qu’aujourd’hui on essaye de se bagarrer contre la légitimité d’Israël. C’est ce que fait le mouvement BDS.

Les médias français, en particulier sur le traitement du conflit israélo-palestinien, ont-ils une part de responsabilité dans la montée de l’antisémitisme en France ?

Oui, bien sûr. Quand on titre “Un Palestinien succombe à ses blessures” et qu’on n’explique pas que c’est un terroriste, et bien, il y a peut-être un Merah qui va se lever pour aller “venger son frère” palestinien. À un moment, il faut que l’information soit juste.

L’humour, l’humour juif en particulier, est-il la meilleure arme pour combattre la haine du Juif ?

C’est intéressant de parler de cela. Moi, c’est celle que j’utilise. Il y a des gens qui ne peuvent pas rire de ce film, je m’en rends compte, des gens ne le comprennent pas. Il y a des gens qui ne rigolent pas, pas parce qu’éventuellement, ça ne les ferait pas rire mais parce qu’ils n’osent pas. Il y a des gens qui m’ont fait cette réflexion “Je n’ose pas rire, j’ai l’impression que je suis antisémite”. Tout dépend de comment on rentre dans la salle et comment on a envie de voir ce film. Nous les Juifs, on sait nous même que c’est la meilleure chose que de rire de nos malheurs. C’est ça qui caractérise l’humour juif.

Est-ce que vous pensez que ce film devrait être montré dans les écoles ?

Absolument ! J’espère bien qu’on le montrera dans les écoles.

Que pensez-vous du fait que la plupart des films israéliens primés à l’international relève de la critique d’Israël ?

Je pense que c’est la preuve de la bonne santé de l’État d’Israël. C’est la preuve qu’Israël est un État démocratique. C’est la meilleure preuve que l’État d’Israël n’est pas celui qu’on essaye de nous raconter ailleurs qu’en Israël. Je comprends ces réalisateurs israéliens et je les admire. Qu’ils aient envie de dire qu’ils ne sont pas d’accord avec un gouvernement, ils en ont le droit.

Propos recueillis par Yohann Taïeb – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer