Publié le 15 Avr 2016

Attentat antisémite de la rue des Rosiers : l’AFVT somme la France de demander des comptes à Mahmoud Abbas

ABBAS-RUE-ROSIERS

L’Association française des victimes du terrorisme (AfVT), une des plus importantes organisations françaises de défense des victimes du terrorisme, a appelé vendredi le président François Hollande à obtenir justice pour les victimes de l’attentat antisémite de la rue des Rosiers.

“Aujourd’hui, justice n’est toujours pas rendue. La Jordanie et l’Autorité palestinienne persistent à rejeter les demandes d’extradition formulées par la justice française au mépris du principe aut dedere aut judicare”, a dénoncé l’association dans un communiqué.

“L’Association française des Victimes du Terrorisme tient à rappeler, Monsieur le Président, que la dynamique de collaboration que vous souhaitez impulser auprès de l’Autorité palestinienne et de la Jordanie doit avoir pour objectif de poursuivre et de juger tout individu suspecté ou identifié comme ayant participé à une entreprise terroriste, quelle que soit l’organisation visée”, poursuit le communiqué.

“Pour les victimes, l’impératif de justice s’accommode mal d’une application à géométrie variable. Cela est particulièrement vrai pour l’attentat antisémite du 9 août 1982 qui a frappé Paris en son cœur lorsqu’un commando prit pour cible le restaurant Jo Goldenberg, dans la rue des Rosiers. Six personnes ont été tuées et vingt-deux autres blessées. Il aura fallu plus de trente ans d’instruction et la pugnacité des enquêteurs et du juge anti-terroriste Marc Trévidic pour que des suspects soient identifiés et que des mandats d’arrêt soient émis à leur encontre”, rappelle l’AfVT.

Le président “à vie” de l’entité terroriste “Autorité palestinienne”, Mahmoud Abbas, est arrivé vendredi à Paris pour rencontrer le président français François Hollande

Les autorités françaises n’ont à ce jour jamais demandé officiellement à l’entité terroriste “Autorité palestinienne” de mettre en place une convention d’extradition entre Paris et Ramallah, pour permettre le jugement en France de Mahmoud Khader Abed, alias Hicham Harb, 60 ans, un des trois terroristes palestiniens du commando de la rue des Rosiers identifiés en 2015 par le juge antiterroriste Trevidic.

HICHAM-HARB

Mahmoud Khader Abed, localisé à Ramallah, dispose d’une protection judiciaire de l’entité terroriste “Autorité palestinienne”.

L’attentat perpétré en 1982 contre un restaurant juif parisien avait fait six morts et vingt-deux blessés.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer