Publié le 16 Fév 2016

Merkel : “Pas de normalisation des relations Allemagne-Iran avant que ce dernier ne reconnaisse Israël”

ANGELA

L’Allemagne ne normalisera entièrement ses relations avec l’Iran que lorsque Téhéran aura reconnu l’existence d’Israël, a annoncé mardi la chancelière allemande Angela Merkel après sa rencontre avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, actuellement en visite en Allemagne.

« Ce point a été très clair dans toutes les discussions avec nos ministres », a déclaré Mme Merkel lors d’une conférence de presse en présence de M. Netanyahu, après leur entretien à Berlin.

Depuis que l’Iran a signé un accord historique avec les puissances mondiales en juillet dernier pour mettre fin à une décennie de conflit concernant son programme nucléaire, Berlin a intensifié ses échanges politiques et économiques avec Téhéran.

Le vice-chancelier allemand, Sigmar Gabriel, et le ministre des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, se sont rendus en Iran. Mais Berlin n’a pas encore invité le président iranien Hassan Rouhani à venir en Allemagne.

Exprimant l’espoir de voir aboutir la solution de deux Etats pour résoudre le conflit entre Israéliens et Palestiniens, Mme Merkel a reconnu que des progrès n’avaient pas encore été enregistrés à cet égard.

« Nous pensons que nous devons avancer dans un processus de coexistence pacifique », qui « se base sur une solution de deux Etats », a déclaré Mme Merkel.

Mme Merkel et M. Netanyahu ont souligné l’importance des relations amicales entre les deux pays. « Quand nous sommes en Allemagne, nous savons que nous sommes chez de bons amis », a déclaré M. Netanyahu.

© (RCI) | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer