Publié le 16 Déc 2015

Boycott d’Israël : Manuel Valls très évasif sur l’étiquetage anti-israélien de l’UE

VALLS-TERRORISME

Le Premier ministre français, Manuel Valls, a éludé mercredi une question du député UDI de la 8ème circonscription des Français de l’étranger, Meyer Habib, sur l’étiquetage des produits juifs de Judée-Samarie et du Golan voté par l’Union européenne (UE).

« Israël est une démocratie et lutte contre le terrorisme. Je n’ai rien à redire à cela. Il y a d’autres débats et ils ont eu lieu dans cette assemblée », a déclaré le chef de l’exécutif lors de la séance des questions au gouvernement.

« Je vous le dis ici de la manière la plus claire, nous condamnons toutes les campagnes de boycott à l’égard des produits israéliens », a-t-il insisté.

« Il y a trop souvent dans ces initiatives la volonté de confondre la critique légitime de la politique de l’État d’Israël avec l’antisionisme, et l’antisionisme qui bascule dans l’antisémitisme », a déploré le Premier ministre.

« Il n’y a aucun sens à ces campagnes. De ce point de vue-là, le gouvernement est très clair. L’autre problème, celui des étiquetages, c’est une décision au niveau européen », a laconiquement expliqué M. Valls.

La Grèce s’est prononcée contre la directive de l’UE. Cette prise de position intervient après une rencontre à Jérusalem entre M. Netanyahu et le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

Mi-novembre, le ministre hongrois des Affaires étrangères, Péter Szijjártó, a également assuré Israël du soutien de son pays contre la directive anti-israélienne de l’UE.

Plus récemment, contre toute attente, la chancelière allemande Angela Merkel s’est prononcée en faveur de l’étiquetage anti-israélien.

En représailles à la directive européenne, le Premier ministre israélien a ordonné la suspension des contacts diplomatiques avec les institutions et les représentants de l’Union européenne au sujet du règlement du conflit avec les Palestiniens.

La mesure revêt un caractère provisoire et restera en vigueur pendant la période de révision du rôle de l’UE, qui fait partie de quatre médiateurs internationaux, avec l’Onu, la Russie et les Etats-Unis, dans le processus de paix au Proche-Orient.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer