Publié le 17 Nov 2015

Joël Mergui : « Comme le nazisme hier était le fléau du 20ème siècle, le djihadisme est aujourd’hui la peste de notre temps »

MERGUI

La France est en deuil. Le monde libre est en deuil. Comme tous leurs concitoyens les juifs français et partout dans le monde sont en deuil. C’est de Jérusalem, où nous avons enterré nos morts après les attentats de Toulouse et de l’Hypercasher, que je vous adresse ces quelques mots ce soir.

Au sortir de chabbat hier soir, j’ai pu voir les images de l’horreur qui a frappé notre pays et dont la nouvelle s’était répandue avec consternation, ici en Israël, pourtant habitué des frappes djihadistes.

Comme je l’aurais probablement déjà dit aux Français de l’étranger, au Maire de Jérusalem, au Consul de France et aux nombreuses personnalités réunies, permettez-moi de vous dire avec force chers concitoyens dans la peine réunis dans la Grande Synagogue de la Victoire à Paris, ce soir, que malgré la douleur immense de la perte d’hommes et de femmes – qui n’avaient pour seul tort que de vivre dans un monde libre – , je sais que la France et les Français ne baisseront pas les bras devant le péril barbare qui menace notre art de vivre dans la paix et dans le foisonnement de notre diversité.

Vendredi soir, des centaines d’hommes et de femmes sont tombés sous les balles assassines de djihadistes lâches qui les ont attaqué par surprise, à la veille d’un week-end de repos bien mérité. Attablés à une terrasse de restaurant, passionnés de sport au Stade de France ou de musique rock au Bataclan, ils célébraient la vie à leur façon, à l’occasion d’un anniversaire, d’une bonne nouvelle, d’un succès, de nouveaux amis ou simplement pour le plaisir d’être vivants dans La ville lumière bien vivante.

Au milieu de la joie de vivre, de la paix ont surgi des barbares qui ne savent pas ce qu’est la vie, qui ne savent pas ce qu’est le partage, qui ne veulent pas produire un monde meilleur et plus beau pour tous et ils leur ont volé la vie, en s’arrogeant le pouvoir de mort.

Comme le nazisme hier était le fléau du 20ème siècle, le Djihadisme est aujourd’hui la peste de notre temps.

Mesdames et messieurs, c’est comme Français et comme juifs que nous sommes unis ce soir dans la douleur de la perte et c’est comme Français et comme juifs que ce soir avec le Grand rabbin de France et le Grand Rabbin de Paris, nous avons pris la décision de prier pour la guérison des blessés, de ceux qui sont encore entre la vie et la mort, et pour ceux qui ne verront plus jamais le jour se lever pour construire un monde meilleur.

Pour nos victimes et toutes celles du djihadisme partout dans le monde, construisons ce monde meilleur en étant plus forts que la haine, plus unis que la discorde et debout quand on nous voudrait couchés de peur.

Le cœur de la France meurtrie est à l’unisson du monde libre qui, partout, honore ses valeurs et son drapeau, sur les emblèmes nationaux les plus symboliques. Ici les murailles millénaires de la ville sainte se sont parées de bleu, de blanc et du rouge du sang de nos morts.

Ces valeurs que les barbares voulaient détruire sont désormais partout, et c’est à nous tous, en personnes concernées par notre monde à sauver, qu’il incombe de ne pas succomber à la peur et de combattre le fléau du mal et des semeurs de mort. C’est à nous de nous mobiliser partout au-delà de nos différences et pour les sauvegarder que nous devons être forts et unis pour vaincre cette peste, et la rendre aux ténèbres d’où elle n’aurait jamais dû sortir.

Que nos prières soient entendues et la France sauvegardée.

Joël Mergui, Président du Consistoire – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer