Publié le 5 Oct 2015

Terreur à Jérusalem : la lamentable condamnation de la France

fabius-2

La France a condamné lundi l’attaque perpétrée samedi dans la Vieille ville de Jérusalem, qui a coûté la vie à deux civils israéliens, le résultat, selon la diplomatie française, de l’enlisement du processus de paix et non des incitations à la haine du président palestinien Mahmoud Abbas.

« La France condamne l’attaque perpétrée dans la Vieille ville de Jérusalem le 3 octobre au soir, qui a coûté la vie à deux civils israéliens. Elle dénonce également les affrontements en Cisjordanie au cours desquels un Palestinien a été abattu et plusieurs dizaines de Palestiniens blessés. Elle adresse ses condoléances aux familles des victimes. », a déclaré le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Romain Nadal, lors d’un point de presse.

« Nous avions mis en garde depuis des mois sur les risques d’embrasement provoqués par l’enlisement du processus de paix. Cette nouvelle flambée de violence confirme malheureusement ces inquiétudes. », a-t-il poursuivi.

« Face au risque d’une escalade dangereuse, nous invitons l’ensemble des parties à s’abstenir de tout acte ou déclaration de nature à aggraver les tensions. Il y a urgence à relancer un processus politique crédible, permettant d’avancer vers une paix juste et durable. La France, qui a été à l’initiative à New York de la tenue, la semaine dernière, d’une rencontre du Quartet élargi, reste mobilisée en ce sens. », a conclu M. Nadal.

Aaron Benitah, 21 ans, un franco-Israélien, a succombé samedi à ses blessures après avoir été poignardé à plusieurs reprises par un terroriste palestinien.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

 

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer