Publié le 31 Oct 2015

La France me fait honte | Par David B.

 

ABBAS-PARIS

Ces dernières semaines ont été le théâtre d’événements en Israël qui auraient dû choquer le monde, mais comme d’habitude lorsque ce sont les Israéliens qui sont les victimes, il n’en a rien été. J’aimerais que la seule réponse logique aux questions que je me pose ne soit pas qu’un antisémitisme virulent s’est emparé du monde et des médias, et pourtant… Les récents gros titres de l’AFP et de la BBC ne laissent aucun doute quant à leur partialité allant à l’encontre des règles élémentaires du journalisme. Mais si ce n’était que ça…

En faisant un Nème discours haineux le 16 septembre, Mahmoud Abbas a déclenché une vague de terrorisme qu’il n’a même pas été capable de contrôler. Oh, il a bien tenté de lancer un appel au calme pour la forme le 7 octobre, mais voyant que personne ne l’écoutait il n’a eu d’autre choix que de jeter de l’huile sur le feu dans chacune de ses déclarations suivantes pour ne pas perdre définitivement la face et passer pour le guignol qu’il est. Et bien sûr personne n’a relevé les contradictions et le ridicule de son double langage.

Personne ne s’est offensé lorsque ce soi-disant représentant politique a dit que les Juifs « souillaient de leurs pieds sales » le Mont du Temple, le lieu le plus saint du Judaïsme. Pourquoi ? Pourquoi personne ne le condamne chaque fois qu’il parle des Juifs et non des Israéliens, faisant de lui un antisémite notoire ? Pourquoi un Français de religion juive ou chrétienne n’aurait pas le droit de visiter ou prier sur ce lieu ? J’aimerais comprendre pourquoi le monde trouve normal d’interdire aux Juifs l’accès à leur premier lieu saint. Pourquoi il trouve normal que lorsque des Juifs décident d’y aller cela déclenche la colère et la haine des Palestiniens, alors que si des Musulmans se voyaient refuser l’accès à une église ou une synagogue le monde s’indignerait (à juste titre) et parlerait d’islamophobie ? Imaginez qu’on interdise l’accès à la Mecque aux Musulmans, et qu’on les insulte ou leur crache dessus chaque fois qu’ils tenteraient d’y prier. Absurde ? C’est pourtant ce qui nous arrive.

Dans un monde normal, tout le monde devrait pouvoir visiter des lieux de culte, ou aller prier où bon lui semble, quelle que soit sa religion. Dans un monde normal… Mais pas dans le monde arabe, et cela ne choque visiblement personne. Pire, le monde entier semble approuver ce hold-up.

Personne ne s’est non plus indigné lorsque Mahmoud Abbas a salué « chaque goutte de sang versé pour la cause de Jérusalem« , ajoutant que ce sang était « pur, versé au nom d’Allah, avec l’aide d’Allah » et que « chaque martyr aura sa place au Paradis et que tous les blessés seront récompensés par Allah« . Le même discours tenu avec une cagoule et un couteau, et le monde aurait cru voir une vidéo de Daesh. Mais aucune condamnation ferme et sans appel ne s’est faite entendre en réaction à cet appel au terrorisme. A croire que les Palestiniens, en tant qu’inventeurs du terrorisme moderne, ont droit à une « terrorist free card » de la part du reste du monde.

Pourquoi aucun Chrétien ne s’est par ailleurs indigné lorsque dans le même discours il a ajouté que « Al-Aqsa et l’église du saint-Sépulcre sont nôtres » ? Al-Aqsa n’a pourtant rien de palestinien, puisque le lieu est géré officiellement par la Jordanie. A moins que… Mahmoud Abbas vienne sans s’en rendre compte de reconnaître que la Jordanie c’est la Palestine. Si quelqu’un peut par ailleurs éclairer ma lanterne et m’expliquer ce que le Tombeau du Christ a de palestinien, je suis preneur. La réponse viendra probablement un jour de l’Unesco, qui a eu la bonne idée de décréter que le Caveau des Patriarches (à Hébron) et le Tombeau de Rachel (à Bethléem) étaient des sites musulmans. Sachant que ces lieux existaient des centaines d’années avant la naissance de Mahomet, je cherche encore à comprendre le sens de ce vote honteux. Dire qu’ils ont failli inclure le Mur des Lamentations dans cette décision… Je cherche aussi à comprendre pourquoi cette réécriture de l’Histoire ne choque personne, mais je ne suis pas prêt d’obtenir la moindre réponse logique à ce sujet. Il serait peut-être bon de rappeler à ces gens que ce même mois d’octobre, les Palestiniens ont brûlé le Tombeau de Joseph (lieu soi-disant saint pour les Musulmans) et détruit la grotte de Bar Kohba datant de 2000 ans. On peut facilement imaginer ce qu’il adviendrait de nos lieux saints s’ils étaient mis sous tutelle palestinienne, vu ce que sont devenus les lieux de culte non musulmans dans le reste du Moyen-Orient. Si Unesco ne cherche pas à effacer toute trace juive sur notre propre terre, qu’ils essayent donc d’expliquer le but de leur démarche.

Les israéliens ont été victimes de plus de cinquante attaques terroristes au couteau en quelques jours (le compteur tourne toujours), et personne ne semble connecter des points aussi évidents que des numéros formant un dessin sur un cahier d’enfant. Le monde semble faire exprès de ne pas voir que ces actions terroristes ne sont pas dirigées contre « l’occupant », la fameux colon que tout le monde aime détester, mais bien le Juif. Qu’est-ce qui motive un arabe israélien vivant dans une belle maison, bénéficiant des mêmes droits que tout autre Israélien, à poignarder au hasard des Juifs à Tel-Aviv ? La réponse se trouve dans le Coran qui – n’en déplaise à Michel Onfray – ne dit pas clairement qu’il faut tuer ou égorger les Juifs, certes, mais qui les traite d’ânes, et dont certains versets sont si vagues et violents à l’égard des mécréants (dont nous faisons partie) qu’ils laissent la part belle à n’importe quelle interprétation par des imams mal intentionnés faisant face à un auditoire dont le QI ne dépasse pas celui d’une huitre. Les Palestiniens ne deviennent pas terroristes par désespoir, mais bien par éducation. Ceux qui ont des doutes n’ont qu’à regarder la vidéo de cette prof d’école enseignant l’art du martyr à sa classe de bambins tous âgés de moins de dix ans, ou faire un tour sur Memri TV et regarder d’autres vidéo de programmes pour enfants en essayant de garder leur bouche fermée. Une autre vidéo plus récente montre une mère palestinienne interviewée cette semaine, qui parle fièrement et avec le sourire de son fils terroriste abattu par nos forces de l’ordre après avoir poignardé des civils, avant d’ajouter qu’elle espère que ses autres enfants suivront le même chemin, tout en sortant un couteau et en menaçant Israël devant la caméra. Comment garder espoir après avoir vu de telles images ?

Bien sûr la France ne pouvait rester aussi silencieuse que le reste du monde face à cette vague antijuive, et se devait de prendre position pour se mettre en tête de file. Pour la France, un terroriste se jetant sur des passants au hasard en criant « Allahou Akbar » n’est pas motivé par un fanatisme sans limite, mais par le désespoir et l’envie de construire un pays. Cherchez l’erreur. Faut dire que dans un pays où l’on passe plus de temps à parler d’islamophobie que de terrorisme à la télé après un attentat comme celui de Charlie Hebdo, où l’on appelle des terroristes des « déséquilibrés », où l’on arme les jihadistes sous prétexte qu’ils combattent Bachar el Assad, où l’on laisse impunément des manifestants appeler au Jihad place de la République à Paris, on pouvait s’attendre à tout. Mais cette fois, non seulement aucun représentant français n’a condamné le discours de Mahmoud Abbas, mais certains ont fait preuve d’un soutien indéfectible à son égard. Peu importe que Mahmoud Abbas ait décoré un caricaturiste incitant au meurtre des Israéliens, peu importe qu’il ait nommé l’une des rues de Ramallah en l’honneur d’un des terroristes ayant tué deux israéliens (dont l’un avait la nationalité française), certains maires français sont allés jusqu’à hisser le drapeau palestinien à côté du drapeau français (avec cérémonies officielles) pour montrer leur soutien. Hidalgo lui a même remis une médaille. Message reçu ! Et comme si cela ne suffisait pas, Jack Lang (président de l’Institut du Monde Arabe) vient d’annoncer la participation de la France à la création d’un Musée de la « Palestine Libre ». De mieux en mieux. Cela ne s’arrêtera donc jamais ?

Non seulement la France a une politique étrangère pro palestinienne, mais elle incite les Musulmans à importer le conflit sur son territoire et contribue à la montée de l’antisémitisme, comme le prouve l’agression au couteau d’un rabbin à Marseille par un salopard aussi haineux qu’écervelé. Si la volonté de nos dirigeants est de nous mettre en colère, ou pire, nous indiquer la porte de sortie, c’est réussi. Inutile de venir nous faire de beaux discours lors du prochain attentat (car d’autres attentats sont hélas à prévoir). J’espère que si cela arrivait ils seraient cette fois hués par les membres de notre communauté. Le double langage de nos politiciens ne passera pas plus que celui de Mahmoud Abbas en ce qui me concerne. Car aujourd’hui oui je suis en colère, nous sommes en colère, mais aujourd’hui je me sens surtout juif avant d’être français car en plus de me révolter la France me fait honte.

David B. – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer