Publié le 30 Oct 2015

Joël Mergui : « Appelons un terroriste antisémite, un terroriste antisémite ! »

MERGUI

Trois hommes, tous juifs, dont un rabbin, ont été poignardés chabbat dernier à Marseille près d’une synagogue.

Les Français ont été aussitôt rassurés d’apprendre par voie de presse qu’après un rigoureux examen des faits – et compte-tenu du profil des victimes – les pistes du trafic de stupéfiants, de la querelle de jeunes et de la rixe d’ivrognes étaient totalement écartées au profit d’un banal fait divers : l’acte d’un déséquilibré, plus à plaindre qu’à blâmer !

Les Français de confession juive ont bien-entendu tous été totalement soulagés de savoir que l’opinion publique française était invitée à ne pas commettre l’erreur d’analyse grossière de privilégier la piste terroriste antisémite qui a tué 17 personnes en janvier dernier.

Grâce à cet esprit de clairvoyance d’une totale neutralité bienveillante, aucun parallèle possible n’allait pouvoir s’établir dans les esprits français entre les attentats au couteau commis tous les jours en Israël contre des citoyens juifs et l’attaque de trois juifs à Marseille ! L’acte d’un déséquilibré ne s’explique pas, ne se prévoit pas alors que ce qui se passe en Israël a bien-sûr du sens !

Certes, les Juifs français, dont on connait l’humour noir ou le pessimisme outrancier, pourraient rappeler – par expertise tirée de l’expérience hélas-, que lorsque des petits enfants juifs ont été assassinés dans une école par un islamiste antisémite à Toulouse, le crime n’était pas plus l’œuvre d’un esprit faible, d’un « loup solitaire », ou d’un pauvre hère à l’enfance malheureuse, mais qu’il ressemblait étrangement au terrorisme aveugle, quoique tueur de juifs, qu’Israël connait depuis des années !

Heureusement, toute ressemblance avec des actes terroristes commis contre des Juifs en Israël est purement fortuite. En France, les esprits forts et les élites zélées ne commettent bien sûr pas l’erreur vulgaire de tirer les leçons des crimes commis pour des motivations idéologiques identiques.

Nous aurions tous voulu croire à cette belle fable d’un monde sans islamiste sanguinaire livrant bataille à l’Occident, mais les services de police n’ont pas d’humour ni d’illusion : ils ont fait leur travail qui a abouti à la qualification antisémite des faits !

Si les Juifs français qui préparent leur départ en Israël osaient, ils diraient peut-être bien à qui veut les entendre que le plus grand danger pour eux n’est pas les attaques au couteau qu’ils vont craindre sur place, mais la désinformation et le déni de la société française par rapport aux bouleversements graves que l’islamisme impose dans nos vies et dans les consciences, parce que les esprits bien-pensants ne s’y opposent pas avec fermeté.

Une blague juive d’après-guerre conte que les juifs pessimistes sont restés vivants tandis que les optimistes sont partis à Auschwitz … Quelqu’un osera-t-il juger ceux qui partent et blâmer ceux qui pensent qu’il faut combattre la complaisance coupable qui demain affirmera sans rougir que les victimes de Marseille ont été poignardées en raison de « l’importation du conflit israélo-palestinien » ou de « la politique intransigeante d’Israël vis à vis des Palestiniens » ?

Pour ma part, mon opinion est faite, si nous voulons stopper l’islamisme radical, il faut cesser d’inventer des nuances et de créer des distinctions là il n’y en a pas ! Il faut surtout cesser de faire le jeu des islamistes qui consiste à nous diviser pour les rendre plus forts ! On peut ne pas apprécier ni soutenir la politique israélienne, mais Israël n’est pas plus l’ennemi de l’Occident que les Juifs de la paix sociale en France, alors de grâce cessons de nous tromper de cible et appelons un terroriste antisémite, un terroriste antisémite !

Joël Mergui – Président du Consistoire | Photo : DR

 

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer