Publié le 15 Août 2015

Chrétiens d’Orient en péril : Il faut sonner les cloches aux deniers du Vatican

 

ORIENT

Les cloches de France et de Navarre ont sonné en ce samedi d’Assomption, en solidarité avec les Chrétiens d’Orient en péril. Beaucoup de bruit pour rien en somme.

Les Chrétiens du Darfour, massacrés par centaines de milliers par la même folie barbare, savent mieux que quiconque que le salut pour les Chrétiens d’Orient relève à présent du miracle.

Le monde est resté aveuglé et silencieux sur les pogroms des coptes d’Égypte, brûlés vifs dans leurs églises, alors qu’un bébé palestinien qui pérît dans un incendie criminel imputé sans la moindre preuve irréfutable à des Juifs de Judée-Samarie, a mis en émoi la communauté internationale. « Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et n’aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton œil ? Ou comment peux-tu dire à ton frère : Laisse-moi ôter une paille de ton œil, toi qui as une poutre dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille de l’œil de ton frère », comme dit si bien la parabole de la paille et de la poutre selon les Évangiles.

La moindre pierre d’un édifice explosée par l’État islamique suscite plus d’indignation que les larmes d’une fillette chrétienne d’Orient.

Depuis plus de deux ans maintenant, les Chrétiens d’Orient lancent quotidiennement des cris de détresses et ne reçoivent en réponse que les homélies dominicales du souverain pontife, puissant parmi les puissants.

Le Vatican, un micro-État, un empire de la pensée, mais avant toute chose une multinationale plus riche à elle toute seule que le continent africain, se lave les mains, tel Ponce Pilate, d’un génocide en cours et à venir.

Aucune conférence internationale pour les Chrétiens d’Orient, comme celle prévue par la France, Fille ainée de l’Église, ne répondra avec efficacité à leur détresse. Aucune.

Le Saint-Siège ne peut se résoudre à attendre la délivrance pour son peuple opprimé. Il doit agir et mettre toute son immense fortune pour sauver les Chrétiens d’Orient et l’Église elle-même.

Le dernier Chrétien d’Orient sera avant tout le dernier témoin de la foi chrétienne. Lorsque le dernier Chrétien d’Orient sera assassiné, c’est l’Église qui sera assassinée, coupée à jamais de ses racines, là où les premiers Chrétiens sont venus apporter au monde non-juif la « bonne nouvelle » des Évangiles. Il faut sonner les cloches aux deniers du Vatican. Après il sera trop tard.

Par Yohann Taïeb – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer