Publié le 27 Juil 2015

Libération anticipée de Pollard : les États-Unis opposés à tout « accueil triomphal » en Israël

POLLARD

Une haute source diplomatique israélienne a révélé lundi que si la justice américaine acceptait la libération anticipée de Jonathan Pollard en novembre prochain, il ne serait pas autorisé à venir en Israël, de peur qu’il reçoive un accueil triomphal, rapporte lundi le Yedioth Aharonoth.

« Les Américains sont très inquiets d’une situation dans laquelle Pollard serait reçu en héros en Israël, et par conséquent il est très probable qu’ils l’empêcheront de quitter le territoire américain », a déclaré la source diplomatique au quotidien israélien.

Les autorités judiciaires américaines ont laissé entendre vendredi que l’israélo-américain Jonathan Pollard pourrait être remis en liberté conditionnelle en novembre, au terme de 30 ans de prison.

Mi-juillet, plusieurs médias israéliens et américains avaient affirmé que la justice américaine envisageait de libérer courant novembre Jonathan Pollard. Une information mise en doute par le comité de soutien de l’ancien analyste de la Navy.

Ancien analyste de la marine américaine, Jonathan Pollard, 60 ans, a été condamné en 1987 à la prison à vie pour avoir fourni à Israël des milliers de documents classés secret défense entre mai 1984 et son arrestation, en novembre 1985, après qu’il eut été refoulé de l’ambassade d’Israël à Washington.

Jonathan Pollard a obtenu en 1995 la nationalité israélienne et a été officiellement reconnu en 1998 par l’Etat hébreu comme un agent israélien. Il souffre depuis plusieurs années de multiples problèmes de santé.

Katty Scott – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer