Publié le 14 Juin 2015

Qui est le BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) anti-israélien ? | Par DedZep

BDS-NAZI

Voici leur propre définition :

“Une coalition de 173 associations de la société civile palestinienne et qui s’est développée depuis lors à l’échelle internationale. Cette campagne “Boycott, Désinvestissement, Sanctions” contre le régime d’apartheid israélien s’inspire de la campagne victorieuse contre l’apartheid en Afrique du Sud.” (nouvelobs.com- juin 2013).

173 associations palestiniennes, pas une de plus, pas une de moins !

“L’apartheid israélien” comme ils disent…

Ce détournement des mots fait des ravages, même en France si l’on prend, par exemple, la nouvelle définition du mot “apartheid” par le 1er ministre français, Manuel Valls. Cela reviendrait, allons-y gaiement, à qualifier de génocide, le parcage des “gens du voyage” sur des ères insalubres.

Les Palestiniens parlent d’ailleurs, en plus d’apartheid, d’un “génocide palestinien” perpétré par les “juifs” : n’en avons-nous pas assez d’être pris pour des cons ?

Parce que c’est sur cela que les Palestiniens comptent en nous vendant cette propagande, ces concepts.

BDS-TRIBUNE

D’où l’importance d’une définition rigoureuse des concepts.

Génocide : extermination physique, intentionnelle, systématique et programmée d’une population en raison de sa race ou de sa religion.

Le concept de “génocide” est défini par l’ONU en 1946 comme “un déni du droit à la vie des groupes humains”, que ces “groupes raciaux, religieux, politiques et autres, aient été détruits entièrement ou en partie” (résolution 96).

C’est un crime contre l’humanité.

Le crime contre l’humanité est défini en 1945 dans le statut du Tribunal militaire de Nuremberg comme “l’assassinat, l’extermination, la réduction en esclavage, la déportation et tout autre acte inhumain commis contre toutes les populations civiles, avant ou pendant la guerre, ou bien les persécutions pour des motifs politiques, raciaux ou religieux“.

Apartheid : Système politique instituant un développement séparé des citoyens d’un même pays selon des critères raciaux ou ethniques. La ségrégation raciale est la séparation physique des personnes de “races” différentes dans la vie de tous les jours.

Les faits, en Israël : les citoyens israéliens musulmans

  • gagnent les concours à la télévision basés sur le vote des téléspectateurs,
  • deviennent juges à la cour suprême (et mettent en prison des présidents ou des premiers ministres juifs),
  • deviennent chercheurs, avocats, médecins,
  • deviennent chefs d’état-major dans l’armée israélienne.

De plus, il n’existe en Israël aucune restriction concernant les mariages mixtes, ni de notion de “race supérieure” et encore moins de séparation géographique institutionnelle.

Quelques remarques pour terminer

Au final, seul le mépris de votre culture peut expliquer pourquoi les organisations palestiniennes et pro-palestiniennes, pourquoi le BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions) continuent à employer d’aussi grosses ficelles : génocide, apartheid.

Pourtant, nous pouvons trouver des textes d’israéliens d’extrême gauche, allant dans le sens de la propagande palestinienne.

Comme on trouvera à Paris de libres “penseurs” traitant un ex-président de fasciste : de là à reprendre ces propos pour qualifier la France de dictature, il y a un pas que nos organisations pro palestiniennes franchissent allègrement dès qu’il s’agit d’Israël.

Serait-ce un scoop ?

Savez-vous que les Palestiniens vivent très officiellement sous le régime juridique de la charia. Il semblerait qu’à ce titre les “non musulmans” ne soient pas considérés comme des citoyens à par entière…

Accuser les autres de ses propres maux serait-il le meilleur moyen d’en cacher l’existence ?

Par Dedzep – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer