Publié le 18 Juin 2015

François Cluzet : « Je ne pardonnerai pas aux assassins d’Ilan Halimi »

CLUZET

L’acteur français François Cluzet a fustigé samedi le climat de violence et d’intolérance dans la société française, qui touche en particulier les Juifs.

« Non, je ne pardonnerai jamais. », a déclaré l’acteur dans l’émission de France 2 Thé ou café, interrogé sur son drame personnel, la mort violente de Marie Trintignant, son ex-femme, tombant sous les coups de son compagnon Bertrand Cantat.

« Je ne pardonne pas aux gens qui frappent les femmes, qui les tuent, comme je ne pardonnerai pas aux assassins d’Ilan Halimi, que je n’ai toujours pas digéré. Comme je ne pardonne pas à ceux qui humilient les homosexuels. Comme je ne pardonne pas à ceux qui se foutent de la gueule des gros, à ceux qui estiment que les Juifs sont riches et à toute cette pagaille de connards et stupides d’ignorants qui font un mal fou, et des partis politiques qui surfent sur les anxiétés des gens », a-t-il poursuivi très en colère.

En 2009, l’acteur, membre d’honneur du comité de soutien au terroriste franco-palestinien Salah Hamouri, auteur d’une tentative d’assassinat de l’ancien Grand rabbin d’Israël, le Rav Ovadia Yossef, s’était vu accusé d’antisémitisme par le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA).

En 2014, M. Cluzet, maître de cérémonie des César, avait refusé de remettre en personne un César d’honneur à l’actrice Scarlett Johansson, égérie de la marque israélienne Sodastream accusée par des ONG anti-israéliennes de participer à la « colonisation » et à l’exploitation des ouvriers palestiniens.

E.H. – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer