Publié le 1 Fév 2015

VIDÉO | Israël | Netanyahu, hilarant, en mode Bibi-sitter : “C’est soit moi, soit Tzipi et Bugie”

BIBI-SITTER

Le Likud a publié samedi une nouvelle vidéo de campagne dans laquelle le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, le roi de la communication politique, assimile ses deux principaux rivaux politiques à des baby-sitters non qualifiés.

“Vous avez demandé un baby-sitter, vous avez un Bibi-sitter”, lance, tout sourire et décontracté, le dirigeant israélien à la porte d’un jeune couple complétement bluffé par leur nouvelle “nounou”.

Une fois la surprise passée, le jeune couple s’interroge sur l’aptitude du dirigeant israélien à garder leur enfant, c’est alors que Bibi les interrompt pour leur dire “C’est soit moi, soit Tzipi et Bugie”, ces deux détracteurs qui rêvent de se partager la garde du poste de Premier ministre à tour de rôle.

“Non, non, non, non, surtout pas Bugie”, s’écrie le jeune couple. “C’est nos enfants qui devraient le garder. Le temps qu’on revienne on n’aura plus de maison et il donnera même tout le territoire”, ajoutent ironiquement les parents sous le rire en coin de Bibi.

Tzipi Livni, elle aussi en prend pour son grade. Le jeune couple ironise sur l’instabilité chronique de la dirigeante israélienne. Et Bibi de rajouter avec malice “D’ici votre retour, elle ira probablement chez les voisins”.

À son retour à la maison, le jeune couple, tout content, lance un “shalom” (bonjour ou paix en hébreu) à Bibi, confortablement installé devant la télé, qui leur répond “oui, mais pas à n’importe quel prix”.

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

Soutenez le mondejuif.info

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer