Publié le 28 Fév 2015

Netanyahu au Kotel : « Je respecte Obama mais c’est mon devoir de veiller à la sécurité d’Israël »

NETANYAHU-CONGRES

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, s’est recueilli samedi soir au Kotel, à Jérusalem, le lieu le plus sacré du judaïsme, avant de s’envoler à destination des États-Unis pour adresser un discours controversé au Congrès sur la menace nucléaire iranienne.

« À la veille de mon vol à destination des États-Unis, je voulais venir au Kotel. J’en profite pour dire que je respecte le président Barack Obama. J’ai foi en la force des liens entre Israël et les États-Unis, et à travers eux, nous allons surmonter les désaccords que nous avons et continuerons à avoir », a déclaré le dirigeant israélien dans un communiqué rendu public par son Bureau.

« En tant que Premier ministre, il est de ma responsabilité de m’occuper d’Israël et par conséquent, de nous opposer fermement à l’accord en cours de développement, qui pourrait menacer notre existence même », a-t-il mis en garde.

Les États-Unis ont présenté vendredi « les bases fondamentales » d’un éventuel accord avec l’Iran. « L’accord qui se prépare nous donne des raisons de nous inquiéter, les puissances mondiales ont apparemment trouvé un terrain d’entente avec l’Iran, moi non », a fustigé mercredi Netanyahu.

En 2007, les États-Unis ont signé un accord avec la Corée du Nord pour tenter d’empêcher le développement du programme militaire nucléaire nord-coréen. Mardi, le régime dictatorial a menacé les États-Unis de reprendre ses essais nucléaires. La Corée du Nord disposerait de 150 ogives nucléaires.

Yaakov Tanenbaum – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

 

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer