Publié le 1 Oct 2014

Décès du père du journaliste de Rue89 : Ulcan, le hacker pro-israélien se défend des accusations d’homicide

GREG2

Accusé mercredi par la presse française d’être responsable du décès du père du journaliste de Rue89, Benoît Le Corre, qui avait fait un infarctus après avoir été victime de deux canulars téléphoniques, Ulcan, le hacker pro-israélien s’est défendu des accusations d’homicide portées à son encontre.

« Le père de Benoit le Corre est mort (mardi). Les médias se déchaînent et m’accusent de l’avoir tué … Le premier meurtre par téléphone à retardement : Cinq jours après un appel, crise cardiaque. Je ne me sens absolument pas responsable, et j’ai bien envie de porter plainte pour diffamation ! », a-t-il déclaré sur sa page Facebook. À l’origine de la polémique, un portrait au vitriol du hacker pro-israélien dressé par le journaliste.

GREG

Le père du journaliste avait été plongé depuis six semaines dans un coma artificiel après son infarctus, cinq jours après un premier appel d’Ulcan, de son vrai nom Grégory Chelly, lui annonçant la mort imaginaire de son fils, puis un second appel à la police provoquant une intervention musclée de la police à 4 heures du matin chez lui, pensant y découvrir les cadavres de sa femme et son enfant.

Le site Rue89 indique que plusieurs plaintes ont été déposées contre le hacker pro-israélien. « Malgré l’ouverture d’une information judiciaire française et la désignation d’un juge d’instruction, elles sont restées sans suite jusqu’ici en l’absence, semble-t-il, de tout mouvement du côté des autorités israéliennes. », déplore le site d’information.

Éric Hazan – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer