Publié le 3 Oct 2014

Bernard-Henri Lévy : « Ce nouvel antisémitisme est une bombe atomique morale prête à exploser »

BHL

L’écrivain et philosophe français Bernard-Henri Lévy a mis en garde jeudi contre le risque de voir le nouvel antisémitisme rendre la haine du Juif plus acceptable dans la société française.

Invité à s’exprimer par le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) sur la question « Juifs de France : Faut-il rester ? », le philosophe a déclaré que « la question nous n’avons pas à nous la poser, elle se pose elle-même », à l’issue d’une représentation de la pièce Hôtel Europe, au Théâtre de l’Atelier, à Paris.

Saluant le « courage et la lucidité » du Premier ministre français Manuel Valls, présent dans la salle, « l’un des rares hommes d’État français à avoir pleinement pris la mesure du nouvel antisémitisme », et félicité le président François Hollande pour avoir mobilisé « toute la force et la puissance de l’autorité publique » contre le polémiste antisémite Dieudonné, Bernard-Henri Lévy s’est élevé contre l’absence de réaction de la société française. « Cette France-là m’inquiète », a-t-il déploré.

« Il y a une résonance aux années 1930 mais ce ne sont pas les années 1930″, a souligné le philosophe, pour qui les Juifs ont changé. Ils connaissent l’odeur de la haine » et que le pouvoir en place lutte vigoureusement contre « les incendiaires des âmes antisémites », « ces gens qui ne méritent pas la France ».

Alors que le président du Crif, Roger Cukierman, estimait qu’excepté l’extrême gauche et une certaine partie des Musulmans de France, une grande partie de la société française n’est pas antisémite, l’écrivain lui a rétorqué que « le préjuge antisémite est beaucoup plus profond que cela ».

« Le vrai danger » selon le philosophe est de voir « un antisémitisme nouveau supplanter l’antisémitisme actuel », une haine des Juifs alimentée par les Soral, Dieudonnée ou Ramadan, qui tentent de « rendre la haine antisémite acceptable ».

« Ce nouvel antisémitisme est une bombe atomique morale prête à exploser », il ne tient qu’à trois composants explosifs : l’antisionisme, le négationnisme et la concurrence victimaire, a expliqué BHL. « Le jour où les trois ne feront plus qu’un, la France aura alors un visage très inquiétant », a-t-il conclu.

Déborah Partouche – © Le Monde Juif .info | Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer