Publié le 26 Sep 2014

Mosquée de Paris : l’hommage à l’otage français tué en Algérie perturbé par des pro-Hamas

DSCN1440

La cérémonie d’hommage à l’otage français décapité en Algérie par l’État islamique, organisée par la Mosquée de Paris, a été brièvement perturbée par une dizaine d’individus pro-Hamas, dont certains proches du collectif Cheikh Yassin.

Alors que le président du Conseil français du culte musulman (CFCM), Dalil Boubakeur, fustigeait l’exécution d’Hervé Gourdel, qualifiée « d’horreur barbare », les militants pro-Hamas ont interrompu à plusieurs reprises le discours par des slogans anti-israéliens et de solidarité avec Gaza, forçant le service d’ordre à intervenir.

« C’est le Mossad derrière la décapitation de l’otage », « l’horreur barbare c’est à Gaza » ont lancé les pro-Hamas sans la moindre réaction de protestation de la centaine de manifestants réunie devant la Mosquée de Paris.

Une grande partie des fidèles musulmans avait quitté la mosquée juste après la prière du vendredi. Dans la foule, de nombreux chrétiens et juifs ont tenu à s’associer à l’hommage. « Il est important de mettre en avant ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divise », a déclaré Gil Taïeb, le vice-président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif).

Hervé Gourdel, un guide de haute montagne de 55 ans, a été enlevé dimanche en Algérie par le groupe Jund al-Khilafa, lié à l’organisation Etat islamique (EI) qui réclamait l’arrêt des frappes françaises en Irak. Dans une vidéo, mise en ligne mercredi, ses ravisseurs ont montré sa décapitation.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info | Photo : Le Monde Juif .info

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer