Publié le 10 Août 2014

Irak : le bruit des bottes des anti-israéliens couvre le massacre des Yézidis

ezidi_girl_rojava

“Nous sommes massacrés, notre religion est en train d’être rayée de la surface de la terre. Je vous en supplie, au nom de l’humanité”, a imploré en sanglot Vian Dakhil, la députée irakienne yézidie, devant un parlement bien conscient de la tragédie qui frappe une communauté menacée d’extermination par les sanguinaires djihadistes de l’État islamique (EI).

Dimanche, le gouvernement irakien a accusé les terroristes d’avoir assassiné plus de 500 membres de la minorité yézidie. Selon le ministre irakien aux Droits de l’homme, Mohammed Shia al-Sudani, des femmes et des enfants yézidis ont été enterrés vivants par les djihadistes. Certains ont été crucifiés ou décapités. D’autres ont été alignés le long d’une route et tués d’une balle dans la tête.

Un véritable massacre qui a forcé, la communauté internationale, focalisée obsessionnellement sur le conflit à Gaza, à commencer à s’alarmer de la situation. L’armée américaine a bombardé ce vendredi des positions en Irak des terroristes de l’EI, soutenus de partout dans le monde dans les manifestations anti-israéliennes en solidarité avec le Hamas.

© Photo : Le Monde Juif .info

© Photo : Le Monde Juif .info

 

La France, la Grande-Bretagne et d’autres pays européens ont annoncé larguer prochainement des vivres et des équipements de premier secours aux réfugiés.

La minorité yézidie, plurimillénaire, est considérée comme “satanique” par les terroristes islamistes de l’EI, en raison de leur croyance proche du zoroastrisme. Les yézidis seraient entre 100 000 et 600 000 en Irak.

Faouzi Ahmed – © Le Monde Juif .info

© Photo : DR

Recherche

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer